- toilettes communes, et pas désinfectées, donc un nid à choper éventuellement le virus

- lavabos à main, et non à commande à pied ou un système quelconque qui nous dispense de nous servir de nos mains, transformant le robinet manuel en vecteur pour choper ce que nous n'avons pas encore.

- les essuies mains en tissus et non en papier jetable.

- pas de masques

- pas de gel hydro-alcoolique

- impossibilité de tenir la distance de sécurité de 1 mètre (dans les métiers d'ouvriers c'est généralement difficiles)

- pas de gants.

J’informe le service R.H, soulignant que tout ça n'est pas conforme aux règles de sécurité coronavirus que préconisent pourtant le gouvernement.

Donc après ce fameux discours apocalyptique de Macron je suis resté confiné chez moi. Je vaquais à mes occupations quand je reçois un coup de fil d'un collègue pour me dire que la boite ferme pour 1 semaine, parce qu’Airbus ferme pour 1 ou 2 semaines.

La semaine passe et Airbus décide de rouvrir ses sites. Il y a un roi au-dessus du Grand Seigneur, l’État, qui a dit qu’il fallait retourner bosser. Alors Airbus se doit de montrer l’exemple … et les petits vassaux n’ont pas d’autres choix que de suivre. Pour ce faire Airbus annonce qu’ils ont installés un dispositif de sécurité apparemment super chiadé où paraît-il, ils respectent toutes les normes de sécurité, au point qu'ils ont reçu 20 000 masques ffp3 c'est à dire la formule 1 des masques chirurgicaux, 10 000 pour les sites en France et 10 000 pour l'Espagne, Quand on connaît la pénurie de ces masques dans les hôpitaux, ça fait rêver !

Du coup mon employeur a repris le boulot aussi - et moi aussi par la force des choses : comme il paraît que l’employeur respecte les consignes du Gouvernement, le droit de retrait n’est plus autorisé … Bref j'arrive le matin, pour voir : on nous prend notre température pour détecter d'éventuelle fièvre, distance de 1 mètre chacun. J'arrive ensuite à l'atelier, je vérifie les sanitaires : rien de changé, juste qu'ils ont supprimé l'essuie main tissus par rien du tout. Inutile de faire un commentaire sur les masques, le gel hydro-alcoolique, les distances de 1 mètre impossible à tenir …

Pendant ce temps les syndicats officiels n’appellent pas à la grève. Les syndicalistes font jouer la démerde individuelle, ils nous disent « allez voir votre médecin qu’il vous mette en arrêt maladie »

Le sentiment des collègues est que nous sommes sacrifiés sur l'autel de la rentabilité et de la production, que nous sommes de la chair à canon. Une colère froide semble traverser les ateliers, personnes n'a envie de rigoler, surtout quand nous savons que les grands donneurs d'ordre sont en télétravail. Macron a dit que c’est la guerre, il n’a pas complètement tort … Messieurs les officiers de la direction donnent des ordres depuis leur maison en télétravail et les ouvriers-soldats sont priés de monter au front du travail pour se sacrifier.

Comment tout ça va évoluer je n'en sais rien, mais en tout cas rien de ce qui vient de la direction n'est pris au sérieux, nous sommes conscients que nous prenons des risques pour notre santé et celle de nos proches. Mais que vaut la vie des ouvriers de l'industrie ou du bâtiment qui partent au boulot la peur au ventre, pour produire des trucs qui ne sont pas essentiel et urgent, dans la situation sanitaire dans laquelle nous vivons.

Ce que nous vivons est un mépris magistral de ce que nous sommes dans la société.

Il faudra s’en souvenir pour après, pour que tout cela change ...

Icare

L’Odyssée Pélicane est une feuille d’info et de liaison entre les travailleurs du secteur aéronautique. Elle ne vit que par vos contributions, vos informations, vos encouragement , vos coups de gueule, votre soutien. N’hésitez pas à partager cette feuille avec vos collègues.

Un tsunami économique et social s’annonce dans le secteur aéronautique. Nous ne pourrons nous en sortir que collectivement.

L’entraide, la solidarité et la lutte sont notre force !

Pour tout contact :contact@cntaittoulouse.lautre.net

http://cntaittoulouse.lautre.net

Facebook : @cnt.ait.toulouse / @chats.noirs.turbulents