La Chanson du Père Duchesne apparaît comme un anonyme en 1892. Ravachol la chantait en montant sur la guillotine le 11 juillet 1892 dans la prison de Montbrison. L'exécution interrompit Ravachol à la fin de l'avant-dernier couplet : "fout l'bon dieu dans l a merde !"

On y retrouve, à travers la référence au Père Duchesne et à Marat, les revendications sociales des Enragés et des Bras-nus de la Première Révolution Française. Les travailleurs qui se dressent contre la société de classes y désignent encore leurs ennemis, voués à la lanterne, sous les seules figures traditionnelles du propriétaire et du prêtre.

Le Père Duchesne


1892


Né en nonante-deux. 

Nom de Dieu !

Mon nom est Pèr’ Duchesne. 

Marat fut un soyeux, 

Nom de Dieu !

A qui lui porte haine, 

Sang-Dieu !

Je veux parler sans gêne 

Nom de Dieu !

Je veux parler sans gêne !



Coquins, flioux, peureux 

Nom de Dieu !

Vous m’appelez canaille. 

Dès que j’ouvre les yeux ! 

Nom de Dieu !

Jusqu’au soir je travaille. 

Nom de Dieu !

Et je couch’ sur la paille 

Nom de Dieu !

Et je couch’ sur la paille !

 

On nous promet les cieux. 

Nom de Dieu !

Pour toute récompense. 

Tandis que ces messieurs. 

Nom de Dieu !

S’arrondissent la panse, 

Sang-Dieu !

Nous crevons d’abstinence 

Nom de Dieu !

Nous crevons d’abstinence ! 


Pour mériter les cieux, 

Nom de Dieu !

Voyez-vous ces bougresses. 

Au curé le moins vieux. 

Nom de Dieu !

S’en aller à confesse 

Nom de Dieu !

Se faire peloter les fesses,

Nom de Dieu !

Se faire peloter les fesses ! 


Quand ils t’appellent gueux, 

Nom de Dieu ! 

Sus à leur équipage !


Un pied sur le moyeu. 

Nom de Dieu !

Pour venger cet outrage, 

Sang-Dieu !

Crache-leur au visage. 

Nom de Dieu !

Crache-leur au visage !

 

Si tu veux être heureux. 

Nom de Dieu !

Pends ton propriétaire, 

Coup’ les curés en deux, 

Nom de Dieu !

Fouts les églises par terre, 

Sang-Dieu !

Et l’bon Dieu dans la merde,

Nom de Dieu !

Et l’bon Dieu dans la merde ! 


Peuple trop oublieux. 

Nom de Dieu !

Si jamais tu te lèves. 

Ne sois pas généreux, 

Nom de Dieu !

Patrons, bourgeois et prêtres, 

Sang-Dieu !

Méritent la lanterne, 

Nom de Dieu !

Méritent la lanterne