Ils éditaient dans la plus grande clandestinité les tracts et journaux du réseau Combat, du groupe Liberté (composé d’anarchosyndicalistes espagnols exilés à Toulouse), du réseau anarchiste autour d'André ARRU et des anarchosyndicalistes du Sud Ouest, mais aussi d’autres réseaux de résistance (dont ceux de Maurice Fonvielle, de Raymond Naves, d’Adolphe Coll). Les frères Lion imprimaient tout aussi clandestinement des fausses cartes d’alimentation pour les combattants des maquis ainsi que des faux papiers pour sauver les personnes persécutées par la Gestapo et la police locale.

Perquisitionnés deux fois par la police qui ne trouve rien dans l’atelier, Henri et sa compagne Amélie sont arrêtés le 4 février 1944 avec tous les travailleurs de l’imprimerie. Raoul est arrêté le 5 février. Un « bon français », un jeune collabo, les avait dénoncés. Emprisonné, torturé, Henri est déporté au camp de concentration de Mauthausen puis assassiné le 21 septembre 1944 par gazage au camp du « Château de Hartheim ». Son frère Raoul avait été assassiné de la même façon neufs jours avant.

extrait de "Un Autre Futur", supplément du journal "Anarchosyndicalisme !" de la CNT-AIT Toulouse, Septembre 2015

Télécharger au format A4

===========

Toulouse. Les Frères Lion, les imprimeurs de la Résistance pendant l’Occupation

Durant l'Occupation, Henri et Raoul Lion impriment dans leurs ateliers du centre-ville de Toulouse, faux papiers et titres de la presse clandestine.

L’imprimerie d’Henri Lion, en 1945, rue Croix-Baragnon © Conseil départemental de Haute-Garonne

4 février 1944. Au 23, rue Croix-Baragnon – la rue Saint-Etienne à cette époque – au cœur du quartier Saint-Etienne, immersion dans le Toulouse résistant. Celui d’un quartier encore populaire et grouillant de vie.

À quelques encablures des sièges de la Police et de la Préfecture, les ouvriers de l’imprimerie d’Antonin (couramment appelé Henri) Lion s’affairent comme à leur habitude. Tout en continuant à assurer les commandes officielles, l’atelier est devenu une cheville ouvrière essentielle de l’activité résistante de la région mais aussi d’autres mouvements en particulier marseillais. Depuis 1941, ce maître imprimeur fournit de nombreux documents destinés aux clandestins. De ses presses sortent des faux papiers (cartes d’identité, livrets de famille, certificats…) pour les personnes recherchées par les autorités et des titres de la presse interdite (L’Humanité, Combat, Le Populaire du Sud-Ouest, Libération-Sud, Le Patriote, L’Avant-garde…) et autres publications de la CGT devenues illégales.

La souricière du 4 février

Mais, en ce 4 février, suite à une nouvelle dénonciation, la Gestapo fait irruptiondans les locaux et procède à l’arrestation de la direction et du personnel. Parmi eux, un jeune apprenti conducteur typographe et agent de liaison de 17 ans, Georges Séguy (futur secrétaire général de la CGT de 1967 à 1982). Et d’autres figures résistantes comme Maurice Fonvieille, responsable régional des maquis du mouvement Libérer et Fédérer.

Internés à la prison Saint-Michel

Pendant trois jours, l’entreprise est transformée en souricière. Quiconque se présente à l’atelier est immédiatement appréhendé. Au même moment, une autre rafle a lieu à 200 mètres du Capitole, rue Romiguières, où les gestapistes investissent l’imprimerie du frère d’Henri, Raoul. Les prévenus sont internés à la prison Saint-Michel puis transférés à Compiègne avant d’être déportés en camp de concentration (les hommes en Autriche à Mauthausen, les femmes à Ravensbrück, au nord de Berlin). À l’automne, Henri meurt gazé à Hartheim tandis que Raoul décède au camp annexe d’Ebensee.

Henri Lion a été déporté en Allemagne et mort en captivité (©Bulletin municipal, numéro spécial d’octobre 1944 : Archives municpales de Toulouse)

L’étau se resserre

À Toulouse, l’étau se resserre rapidement sur les forces résistantes. Après trois semaines d’enquête, la police allemande remonte jusqu’à Raymond Naves, responsable du Comité d’Action Socialiste (CAS) clandestin puis coordinateur des mouvements dans la région depuis la mort de François Verdier, qu’elle arrête le 24 février, de même que Sylvain Dauriac, chef local du réseau d’évasion Brutus.

Des artisans anarchistes

Libertaires et antifascistes, l’engagement politique des frères Lion est connu de tous. Comme leur père, Jean-Louis, lui-même imprimeur et fer de lance du mouvement anarcho-syndicaliste, Henri et Raoul publient dans l’entre-deux-guerres de nombreux tracts et revues de ce courant. Proches du réseau Ponzan (du nom de Francisco Ponzon Vidal, un militant anarchiste espagnol, réfugié en France suite à la Retirada), ils publient en mai 1940 un manifeste de l’Alliance Démocratique Espagnole (ADE) qui appelle à la neutralité de l’Espagne dans le conflit. Entièrement voués à toutes les formes de résistance, ils travaillent de concert aussi bien pour les réseaux de renseignement que pour l’Aumônerie générale des camps d’internement, dirigé par l’abbé Alphonse Lagarde, avec l’assentiment de l’archevêque Saliège, en produisant de faux certificats de baptême pour les enfants juifs, cachés dans des couvents et autres temples protestants. En somme, un véritable œcuménisme de la Résistance, garant de l’esprit de sacrifice et de fraternité.

Mathieu Arnal