Au printemps nous luttons pour un nouveau commencement ...

Un message pour le Nouvel an iranien (Norouz) du prisonnier politique anarchiste Sohail Arabi

Je veux traverser cette rivière turbulente. Je suis plein de volonté. Bien que les tribunaux et les dirigeants veuillent nous priver du printemps avec des barrières et des murs, on peut encore sentir le printemps derrière des murs épais et le printemps peut être vu à travers tous les actes inhumains perpétrés dans les chambres de torture fascistes.

Et il est étonnant pour moi que ce sixième printemps dans la prison du Grand Téhéran, connue comme la prison des pires tortures du régime islamique oppressif, ait une couleur et une odeur différentes des autres années. Plus d'un an a passé et pour moi, ce n'était pas juste une année de plus, mais la victoire de l'honneur sur la soumission, la victoire de l'espoir sur le désespoir avec toute sa dureté et sa difficulté. Je suis fier d’avoir été fidèle à mon peuple et à moi-même pendant une année supplémentaire en tenant ma promesse.

C'est pourquoi, avec toute ma sincérité, j'adresse mes sincères félicitations de Nouvel an Nowruz aux prisonniers à Evin, à Gohardasht, à Qarchak Varamin, à Sheiban et partout dans le monde où des personnes libres ont été enchaînées. J'espère que ce sera l'année de notre libération du cancer qui s'appelle République islamique.

J'espère également que mon cher collègue Arash Sadeghi surmontera son combat contre le cancer. Il a donné sa vie à la résistance et est séparé de sa femme. J’espère que cette année, le Nowruz sera le dernier qu’ils célébreront séparés l’un de l’autre.

Nous n'avons rien à perdre que nos chaînes! Il n'y a donc pas d'autre choix que de résister et encore toujours plus de résistance !

Salutations aux masses et à mes compatriotes, je leur rends hommage dans leurs protestations et leurs résistances face à cette terrible dictature, et je répète que la clé de la survie est la résistance et le refus du despotisme. Où, dans l’histoire, voyez-vous que les criminels qui ont détruit la vie et les biens des personnes aient laissées un un bon souvenir ? L’histoire parle de Jeanne D’Arc, qui s’est rebellée contre les normes de son temps; Spartacus qui ridiculisait ses chaînes d’esclave; Sattar Khan qui a brandi la bannière honorable de la révolution à Amirkhiz; et Bijan Jazani et Mohammad Hanifnejad qui ont mis fin à une période de répression politique.

Nous vivons avec fierté à cause de notre résistance !

Et au printemps, nous luttons également pour un nouveau commencement !

Joyeux Norouz (1398) à tous les habitants de ma terre natale.

Sohail Arabi, dans les Donjons de la Prison de Téhéran

Mars 2019 (Esfand, 1397)

=============

http://asranarshism.com/1398/02/12/a-nowruz-message-from-anarchist-political-prisoner-sohail-arabi