L’action avait été appelée par les habitants du village de Rakita, et des milliers de personnes sont venues de toute la Serbie pour participer au rassemblement.
Depuis plusieurs mois, les villageois se battent de différentes manières contre des investisseurs, des gardes privés et la police, tentant de sauver leur rivière.
La construction d'une mini-centrale hydroélectrique implique la destruction de tout l'écosystème et l'étouffement des conditions de vie des populations. Dans
le but d’obtenir le maximum de profits à tout prix, le capital privé bénéficie du soutien total de l’Etat, complice de ce crime contre l’écologie.
Les anarcho-syndicalistes ont pris part à la manifestation, et au piquet devant le ministère. Ils ont cherché à attirer l'attention des manifestants et du public sur les aspects de Classe et de Pouvoir du problème. Ils ont déployé une bannière rouge et noire : "L'Etat est un criminel organisé"