واليوم، الساسة ووسائل الإعلام يتحدثون عن العنف فى الأحياء الشعبية. ولكن أين هو العنف؟

العنف الحقيقى هو الفصل التعسفى بالجملة الذى يدفع بالعمال إلى البؤس. العنف هو الارتفاع المتواصل للإيجارات. العنف هو ثمن المعيشة الباهظ الذى يمنعنا من إشباع حاجاتنا الأساسية (ثمن الغاز مثلا...). العنف هو طرد النساء والأطفال من مساكنهم. العنف هو أن يذهب رجال الشرطة للمدارس للقبض على الأطفال الذين لا يملكون تصريحات إقامة وترحيلهم وذويهم. العنف هو القمع الذى تمارسه الدولة واقتصادها.

فى هذا الموقف المتأزم، فى ظل هذا البؤس الاقتصادى والاجتماعى، فى ظل قمع الدولة الذى يعانة جميعنا منه، قد يكون هذا الشباب الذى تمرد شرارة لبدء عملية إعادة نظر شاملة لهذا المجتمع الظالم. لقد حان الوقت لمواجهة الأسباب الحقيقية للعنف الذى نعانى منه. لا بد ينضم أكبر عدد ممكن إلى هذه المعركة. فلننظم، بقدر استطاعتنا، لقاءات واحتجاجات وإضرابات ضد عنف الدولة ورأس المال.

CNT AIT

contact@cnt-ait.info

=========

LA VIOLENCE C’EST L’ETAT ET LE CAPITALISME !

Scène du racisme ordinaire en banlieue

dimanche 6 novembre 2005

LA VIOLENCE C’EST L’ETAT ET LE CAPITALISME !

27 octobre 2005, à Clichy, deux jeunes qui reviennent d’une partie de foot meurent à cause d’un contrôle de police. Ils ont pris peur. Pourquoi ? Parce que les contrôles de police dans les cités sont arbitraires, souvent violents, toujours humiliants et peuvent durer des heures, tout cela sans raison aucune. Zyad (17 ans) et Banou (15 ans) n’ont pas voulu subir cela. Ils en sont morts. Ils ont été immédiatement diffamés par le pouvoir et les médias qui ont montré dans cette affaire, une fois de plus, qu’ils mentent en permanence.

Maintenant, politiciens et médias nous abreuvent sur la violen-ce dans les quartiers populaires. Mais où est la violence ?

La véritable violence, c’est les licenciements massifs qui réduisent les travailleurs à la misère. La violence, c’est la hausse incessante des loyers. C’est le coût de la vie qui nous empêche de satisfaire nos besoins les plus élémentaires (prix du gaz...). La violence, c’est les expulsions de femmes et d’enfants de leur logement. C’est quand la police vient dans les écoles embarquer des enfants "sans-papiers". La violence, c’est l’oppression étatique et économique.

Dans la situation de crise, de misère économique et sociale, d’oppression étatique qui nous excède tous, les jeunes qui se sont révoltés peuvent être l’étincelle pour une remise en question plus globale de cette société fondamentalement injuste. Il est grand temps de nous attaquer aux véritables causes de la violence que nous subissons. Partout, il faut élargir solidairement la lutte. Organisons, là où c’est possible, des rencontres, des manifestations, des grèves contre la violence de l’Etat et du capital.

CNT-AIT

7 rue St Rémésy 31000 Toulouse

05 61 52 86 48

Permanence tous les samedi à partir de 17 heures