Actualité de l'Anarchosyndicalisme

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 décembre 2019

Anarkismo Malaya: Sejarah Gerakan Anarkisme di Malaya

Penulisan ini adalah terjermahan dari tulisan Prof Datuk Khoo Kay Kim dan Ranjit Singh Malhl.

Anarkis kaum Cina pemula Kesatuan Sekerja

Artikel oleh K. Baradan mengenai Manusia Yang Memberi Segalanya Untuk Keadilan di dalam The Star 31 Ogos 1993 amatlah menarik.

Ianya adalah untuk pertama kali orang ramai telah diberitahu mengenai peranan pentadbiran British dalam membentuk gerakan kesatuan sekerja di Malaya. Individu yang terlibat secara terus dalam membentuk dan menubuhkan kesatuan sekerja adalah John Brazier.

Baradan menyatakan yang seawal 1949, Sir Henry Gurney (Pesuruhjaya Tinggi yang dibunuh berhampiran Bukit Fraser pada 1951), mahu gerakan kesatuan sekerja diuruskan oleh kaum etnik India. Ia boleh dianggap jawapan kepada persoalan yang sudah lama diutarakan di negara ini, iaitu “Mengapa kaum etnik India agak mendominasi kesatuan sekerja?”

Jawapan yang selalu diberi adalah kaum etnik India lebih suka bercakap dan ia lebih mudah untuk kesatuan sekerja. Ianya hampir sama dengan jawapan Harry Miller mengenai soalan “Mengapa gerakan komunis di negara ini didominasi oleh kaum etnik Hainan?” Jawapan Miller adalah kerana mereka mempunyai rasa rendah diri. Ini tidak lebih dari sekadar perbualan kedai kopi.

Sebenarnya, kaum etnik India bukan antara yang terawal dalam mengerakkan gerakan kesatuan sekerja di negara ini. Kaum etnik Cina adalah yang terawal. Aktiviti gerakan kesatuan sekerja bermula selepas Perang Dunia Pertama.

Mereka diketuai oleh satu kumpulan kaum etnik Cina yang berasaskan ideologi anarkisme. Tidak mengejutkan, ianya dibawa ke negara ini dari China.

Liu Shi Fu; Perintis gerakan anarkisme di negara Cina

Lire la suite...

jeudi 26 décembre 2019

INTERNACIA LABORISTA ASOCIO - STATUTOJ

INTERNACIA LABORISTA ASOCIO - STATUTOJ

- I - ENKONDUKO

La multjarcenta batalo inter ekspluatantoj kaj ekspluatatoj atingis minacan amplekson. La tutpotenca Kapitalo denove levas sian monstran kapon. Spite la internajn luktojn dissirantaj la kosmopolitajn burgaron kaj kapitalismon, ci-tiuj kreis belegajn kondicojn de rilatoj kiuj devas ebligi ilin lanci sin kun pliaj unueco kaj forto kontrau la proletaro kaj katenigi gin al la triumfanta caro de la Kapitalo.
La kapitalismo organizas sin kaj disde la defensiva pozicio sur kiu gi trovigis, lancas sin nun al ciuj frontoj de la laborista klaso. Tiu ofensivo havas sian profundan originon en tre precizaj kauzoj : en la konfuzeco de ideoj kaj laboristecaj principoj, en la manko de neteco kaj kohero rilate la estantajn kaj estontajn celojn de la laborista klaso, kaj en ties disdividigo en ne nombreblajn tendencojn, unuvorte, en la malforteco kaj neorganizeco de la laborista movado. Koutrau tiu atakego de la internaciaj ekspluatantoj ciuspecaj, validas nur unu respondo : tuja organizado de la proleta armeo en batalorganismon kiu kunigu en sia sino ciujn ciulandajn revoluciajn laboristojn, kiuj konsistigu inter si elgranitan blokon kontrau kiu dispistigos ciuj kapitalismaj manovroj kaj kies gravega pezo fine triumfos. Tiu movado de emancipado ne poas akcepti kondutlinion montritan de la tendencoj de la laborista movado celantaj harmonion inter kapitalo kaj laboro, dezirantaj internacian pacon kun la kapitalismo kaj asimiligantaj en la burga stato.
Gi ankau ne povas akcepti la tendencojn kiuj disvastigas la principojn de la diktaturo de l’proletaro, kontrauajn al la celoj pri kiel eble plej granda libereco, bonstato de ciuj, t.e. celoj komunaj al ciuj konsciaj laboristoj. Kontrau la atako de la Kapitalo, kaj kontrau cianuancaj politikistoj, la revoiticiaj laboristoj tutmondaj devas starigi veran Internacian Laboristan Asocion, kies ciu ano sciu, ke la emancipigo de la laborista klaso estos ebla nur kiam la laboristoj mem, estiel produktantoj, sukcesos prepari sin en siaj ekonomiaj organizacioj por havigi al si la tergrundon kaj la uzinojn, kaj ankau lerni kunadministri ilin, tiele, ke ili kapablu daurigi la produktadon kaj garantii la socian vivon. Havante ciujn perspektivon kaj celon antau si, la laboristoj devas partopreni en ciu agado celanta socian transformadon, ciam kun intenco pli-proksimigi al realigo de niaj propraj celoj ; sentigante en tiu partopreno la pezon de nia propra forto, klopodante havigi al nia movado, per propagande kaj organizado, la rimedojn necesajn, kiuj al gi ebligos anstataui siajn kontrauulojn.
Sarne, cie kie eblas, necesas realigi nian socian sistemon, kiel modelon kaj ekzemplon, kaj iaj organizacioj devas faktigi, kadre de siaj ebloj, la laueble plej grandan influon sur aliaj tendencoj por asimili ilin en nian propran agadon, t.e. la komuna luktado kontrau ciuj malamikoj stataj kaj kapitalisman, daure konsiderante la cirkonstancojn pri loko kaj tempo, sed restante fîdelaj al la celoj de la laborist-emancipa movado.

Lire la suite...

samedi 21 décembre 2019

METHODS OF STRUGGLE - ANARCHOSYNDICALIST TACTICS

A text from the French CNT-AIT written in March 2006, covering anarcho-syndicalist tactics and strategy.

METHODS OF STRUGGLE
Thursday 29th July 2010

The following text was written to help people discover, remind themselves or popularize the various syndicalist methods of struggle because in any battle, one must start from a few key ideas:

Hitting the enemy harder than they can hit you, or better - hitting them so they can't hit back.

Analysing the power balance:
-How great are our numbers
-How much other workers and the general population will sympathise with or reject our struggle
-What are our financial constraints, ie. financial and material resources available to continue the fight

Avoiding exhaustion: fighting too arduously from the start can be a weakness: the employers are prepared to overcome short term difficulties by transferring production, resuming production in other places, maintaining stocks, using scabs, financial reserves, etc.

Knowing how to stop a fight, avoiding fighting to the end when the situation is unfavourable. A continued minority occupation of a business ends up offering the boss discontented people who can he can turn against the strikers. Wages lost become so great that resuming a struggle becomes difficult. Disillusionment makes mobilisation harder.

Allowing for a return to the struggles or demands.

Analysing the history, strategy, and objectives of the forces in play: Bosses/workers: (moderate or hardline employers, combative or passive employees) Organisation/struggles (whether the unions are weak or radical, if the fights benefit from autonomous experience etc..)

---The fights are defined by the employment category, territorial extent or by their content.---

Employment category: struggles of unskilled workers, skilled workers, postal workers or nurses, white collar workers, teachers, technicians etc … called sectional struggles. If the struggle involves the entire company or institution and deals with claims for all staff, the struggle is industrial.

Territoriality: if the struggle takes place in one particular location of a business, it is a local fight. Example: Visteon.

A fight at the group level is located in several places but within the same company: Example: the postal strikes.

The struggle may be in a sector or industry: examples: the health sector or education sector. The struggle can take place in all business lines and sites.

Content: content of the struggle can be material (wages, pensions, working conditions hours, health and safety), political (changing a law, a critique of anti social policy, gaining new union rights, the formation of worker counter-power within a company...) It can also of course combine the two aspects: for example the simplification and standardisation over grades and qualifications in a given industry. This material claim allows the unification of workers in the same industry and thus open the prospect of larger struggles.

The fight may also simply be held in solidarity with other struggles.

Lire la suite...

vendredi 20 décembre 2019

UN MANAGEMENT CRIMINEL

(Article publié initialement le 9 septembre 2009 dans Anarchosyndicalisme !, journal de la CNT-AIT)

Au moment ou nous écrivons ces lignes ( en septembre 2009 ...)  il y a déjà 23 morts par suicide - soit pratiquement autant, toujours à ce même moment, que la pandémie grippale pour toute la France, DOM-TOM compris  ! - à France Télécom. Il a fallu arriver à ce chiffre incroyable pour que les « hautes sphères » s’en émeuvent - ou fassent semblant de s’en émouvoir.

Mais présenté comme il l’est, on pourrait croire que le problème ne concerne que France Télécom, qu’il est du à une « spécificité » de l’entreprise. Certes, le passage du statut d’entreprise publique à celui d’entreprise privé a entraîné des changements radicaux dans la structure.

Mais là n’est pas la seule raison de ces suicides. Il en est une dont on parle beaucoup moins, mais qui a pourtant une importance bien plus grande : le mode de gestion des entreprises. Et là, c’est le système dans sa globalité qui est coupable, avec ses stratégies pour gagner «  toujours plus  ».

Le magazine Capital, qui est, comme son nom l’indique, consacré au pognon, apporte sans vergogne, aux cadres qui n’auraient pas encore bien compris, les explications de base pour « sauver leur bonus » [1] : « Demandez plus à votre équipe que ce que l’on attend de vous. Assurément, la mesure ne vous rendra pas populaire auprès de vos équipes, mais elle est d’une grande efficacité. Faites en sorte que la somme des objectifs personnels de vos collaborateurs soit supérieure à votre but à vous. Ainsi, même s’ils sous -performent, vous disposerez d’une marge de sécurité qui augmentera vos chances de préserver votre bonus ».

Ce passage, d’un cynisme incroyable, montre dans quel état d’esprit se trouvent les chefs par rapport à leurs subordonnés : ils n’ont plus à faire à des humains, mais à des générateurs de chiffres et de profits. Le capitalisme devient de plus en plus visiblement ce qu’il est essentiellement : un système d’exploitation et de négation de l’humain. Fini le paternalisme. Aujourd’hui, le chef, le cadre doit assurer son statut de salopard décomplexé. Le capital n’a pas de conscience. Le culte de la rentabilité se célèbre sur des tas de cadavres.

Lire la suite...

mercredi 18 décembre 2019

Floreal Barberà : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste



Les compagnons de la CNT-AIT de Catalogne nous informent dans le journal « Solidaridad Obrera » de la disparition de Floreal Barberà, à l’âge de 98 ans, survenue le 20 juillet dernier, soit le lendemain de la commémoration du 83ème anniversaire du déclenchement de la Révolution Espagnole.


Fils d'un des fondateurs de la CNT-AIT en Espagne en 1910, il a subi au cours de sa longue vie trois exils.

Le premier exil, en 1924, lorsque sa famille s'enfuit à Toulouse à cause des activités anarcho-syndicalistes de son père. Enfant étranger, il sera scolarisé comme son frère Calmisto (qui participera lui aussi à la lutte anarchosyndicaliste) à l’école française. La maitrise de la langue et la culture française lui sera fondamentale dans le succès de ses futures missions clandestines. Lorsque la Révolution éclate en Espagne, la famille retourne en Espagne, à Barcelone. Le père présidera l’Industrie de fonderie socialisée, tandis que les deux fils intégreront les milices confédérales et se battront en première ligne contre les fascistes franquistes.

Le second exil, en 1939, alors que la guerre civile était déjà perdue, il est contraint de fuir Barcelone et traverse la frontière à pied, comme des centaines de milliers d’anarchistes et de républicains. L’accueil est terrible : c’est le sinistre camp de concentration d’Argelès, où l faut essayer de dormir le soir dans des trous creusés dans le sable, sans couverture. Pendant l’occupation nazi, il s’enfuie du camp et part rejoindre la lutte armée clandestine. Agent de liaison libertaire indépendant, il sera cependant bien connecté avec la résistance française (FFI), comme les services secrets alliés. Il réalisa pour leur compte de nombreuses missions d’information en France ou en Espagne, et participa au sauvetage de nombreux juifs pour le compte de l’Organisation Juive de combat (OJC).

Poursuivi par les polices Franquistes, françaises et la Gestapo, il finira par être arrêté, interrogé et torturé. A Toulouse, il était lié à Francisco PONZAN, autre militant de la CNT-AIT, qu’il fut un des derniers à le voir en vie avant son exécution par les nazis le 17 aout 1944, deux jours avant la libération de la ville.

Lire la suite...

mardi 17 décembre 2019

Le compagnon Antoine Galindo va être transfere en France - Intensifions la campagne pour sa libération !

 Nous vous informons que la date à laquelle prend fin la peine de prison notre compagnon Antonio Nieto Galindo en Espagne se rapproche et qu'un Mandat d’Arrêt Européen (MAE) lui sera appliqué par l'État français.

A cet effet, la CNT-AIT convoque un acte d’appui et de solidarité pour la libération immédiate d'Antoine Nieto Galindo à MADRID le LUNDI 23 décembre, devant l'Audition Nationale C / GARCÍA GUTIÉRREZ, 1, de 12 heures à 14 heures. Nous y appelons tous les syndicats de la CNT-AIT, ainsi que d'autres groupes apparentés qui souhaitent faire preuve de solidarité avec le compagnon.

SITUATION ACTUELLE DU COMPAGNON ANTONIO NIETO GALINDO

En ce moment, le camarade Antoine est toujours emprisonné dans la prison de Murcie II, en attendant de terminer sa peine qui se termine le 3 janvier 2020. Cependant, la justice a déjà rédigé une Ordre pour qu’il soit transféré en détention préventive à Madrid en attendant d’être remis aux autorités françaises. Il y a une volonté de l'appareil judiciaire et du Tribunal National, ainsi qu'Interpol, de livrer notre compagnon Antoine malgré tout recours judiciaire qui pourrait être présenté. En outre, l'appareil judiciaire a présenté de nombreux obstacles à la défense.


Lire la suite...

Domela Nieuwhuis (1846-1919) : du socialisme à l’anarchisme, un précurseur de la grève générale.

Il y a 100 ans le 18 novembre 1919, nous quittais Ferdinand Domela Niewhuis, Figure importante de l'anarchisme et de l'antimilitarisme néerlandais.

Naissance le 31 décembre 1846, à Amsterdam (Pays-Bas), dans une famille bourgeoise aisée.
Pasteur protestant comme son père, il rompt pourtant avec l'Eglise vers 1870 et crée en 1878 le journal socialiste Recht voor Allen (« Justice pour tous ») qui deviendra l'organe de la Sociaal Democratische Bond (SDB), première organisation socialiste des Pays-Bas dont il est l'un des fondateurs.

Arrêté pour « trahison » (un simple délit de presse), Nieuwenhuis est libéré le 31 août 1887 grâce à la pression de l'opinion publique, mais échappe de peu à un attentat à Rotterdam. L'année suivante, il est élu député et exerce son mandat jusqu'en 1891. Cette expérience lui fait découvrir le rôle néfaste du parlementarisme. Déçu par son expérience parlementaire, Domela, après 1891, évolue de plus en plus vers l'anarchisme, c'est-à-dire qu'il devint partisan d'un socialisme sans État. Dans cette forme de société, les entreprises devaient être gérées par des fédérations d'associations ouvrières, contrôlées par la fédération de communes. Les termes tels qu'autonomie, liberté réciproque, coopération sur base d'égalité, fédéralisme, décentralisation, déclarer la guerre à la guerre, etc., reviennent fréquemment sous sa plume. Dès lors, il se rallie à l'anarchisme de Bakounine et à la libre pensée.

Lire la suite...

lundi 16 décembre 2019

TRAVAILLER, POUR QUOI FAIRE ?

(Tract initialement diffusé en 2007 pendant le mouvement étudiant)

A celui qui vous dira qu’il s’est enrichi par le travail, demandez : « De qui ? »

LE TRAVAIL, C’EST LA SANTÉ (DES PATRONS)

L’aliénation par le travail, c’est le sentiment du travailleur de ne pas se reconnaître dans ce qu’il produit. De plus, le travail produit plus de valeur que le travailleur n’en retire en échange. En effet, Le commis de cuisine d’un quatre étoiles qui cuisine des plats qu’il n’aura jamais les moyens de se payer, l’ouvrier du bâtiment qui construit des villas qu’il ne pourra jamais habiter ou le travailleur à la chaîne qui assemble des pièces de voitures qu’il ne pourra jamais conduire sont tous des exemples vivants de l’aliénation par le travail, véritable cause du mal-être généralisé de notre société malade et obstacle à notre volonté d’émancipation. Et pourtant nos sociétés occidentales ne sont pas les plus mal loties.

LE TRAVAIL COMME IDENTITÉ

Le travail, du latin trepalium (torture visant à empaler la victime par trois fois) à pris le pas sur toute autre forme d’expression de notre humanité, la privant ainsi de sa liberté. En effet, Lorsque l’on demande au passant ce qu’il fait dans la vie, il répond banquier, assureur, chômeur, cadre, ouvrier, ingénieur et non père, mère, amant, amoureux, lecteur, musicien, poète. Le travail occupe, tout simplement, trop de place dans notre journée pour nous permettre d’avoir le temps de faire autre chose, car le pouvoir ne nous reconnaît d’autre valeur que celle de travailleur salarié et tire profit de notre soumission, alors que nous aspirons à faire valoir notre originalité.

LE TRAVAIL COMME NOUS L’ENTENDONS

Le travail, au lieu d’être la principale cause de nos maladies sociales (accidents du travail, suicides, dépressions nerveuses, harcèlements etc.) devrait être le meilleur moyen de marquer le monde du sceau de notre intériorité, comme l’enfant jetant la pierre à l’eau pour en admirer l’effet produit. Nous pensons que le travail doit être l’expression de notre créativité et de l’assouvissement de nos besoins fondamentaux et non pas l’instrument de domination ou d’enrichissement d’un tiers. En effet les ouvriers sont indispensables aux patrons mais pas le contraire. C’est pourquoi, afin de nous émanciper nous devons lutter pour l’abolition du salariat et du précariat, nous permettant ainsi de nous réaliser dans la dignité et le respect de l’humanité qui réside en chacun. Nous voulons être considérés comme des fins et non comme des moyens.

CE QUE NOUS VOULONS

Nous souhaitons, hormis l’abolition du salariat, l’organisation collective du travail, la propriété commune des moyens de production, mettre un terme au productivisme effréné, à la course à la croissance meurtrière et à la destruction des écosystèmes, en produisant moins et plus utile. Nous sommes opposés à la mise en concurrence des individus en fonction de leur "mérite" et nous voulons vivre en harmonie avec la nature, pas la détruire. Voilà notre vision du travail.

De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins.

Tract rédigé par le Comité de Lutte de la fac de Clignancourt

Lire la suite...

LE SALARIAT ET SES CONSEQUENCES

(Première publication : août 2007, MàJ : décembre 2019)

"Usine à la campagne", "small is beautiful", "P.M.E. à visage humain", ¨start-up conviviale"..., durant les dernières décennies, les promoteurs du libéralisme nous affirmaient que le monde économique serait composé de petites unités décentralisées et conviviales. Mensonge et imposture, nous sommes en fait dans une étape historique qui est le contraire des discours lénifiants. Nous sommes entrés dans une période d’accélération des fusions, des rachats, des absorptions. Les mêmes promoteurs du libéralisme qualifient cela de globalisation nécessaire pour faire face à la compétition économique internationale.
Cette globalisation est largement entamée pour la construction et le transport aérien, l’industrie pharmaceutique, l’informatique, les produits bancaires... et demain, même chose pour l’automobile, les télécommunications etc... Le capitalisme est en train de constituer des conglomérats universels qui n’ont rien à envier aux anciens combinats des temps anciens du capitalisme sauvage ou d’État. La compétition va être féroce. Que pèseront les fournisseurs de travail, c’est-à-dire les salariés, c’est-à-dire nous ? Peu de chose, ou plus exactement un paramètre, une pesanteur, une contrainte financière froidement banalisée.

Lire la suite...

dimanche 15 décembre 2019

I. Histoire de la CNT-AIT : Une courte apogée (1945 - années 1950)

Nous verrons dans cette première partie comment la CNT-AIT, après sa constitution, connaît une rapide apogée. Elle fut écourtée par des problèmes théoriques et pratiques qui la divisèrent. Ces divisions affaiblirent fortement l’organisation et la plongèrent dans un isolement dont elle n’est pas parvenu à sortir.

1- Des débuts prometteurs (1945-1949)

a) Les anarcho-syndicalistes dans la CGT (1945-mai 1946)

Au sortir de la deuxième guerre mondiale, les anarcho-syndicalistes étaient entrés à la CGT. Les anciens adhérents à la CGT-SR, qui avait cessé d’exister pendant le conflit (1), dans un appel daté du 15 septembre 1944 adressé aux syndicalistes révolutionnaires, demandèrent en effet “de faire, tous, l’Unité Syndicale, complète, totale, absolue, qui nous donnera dans ce pays une seule Centrale Syndicale : la CGT ; dans le monde une seule Internationale dont peu importe son titre.” (2) . Ainsi, plutôt que de faire renaître une CGT-SR, ses anciens adhérents ont préféré former la Fédération Syndicaliste Française (F.S.F.) afin de regrouper tous les syndicalistes révolutionnaires au sein de la CGT. Ils créèrent en même temps un journal, L’Action syndicaliste. Outre les anciens de la CGT-SR, la FSF était composée de jeunes issus de la résistance, tel que Raymond Beaulaton, ou bien encore d’espagnols en exil en France. L’importance de cette FSF en terme d’adhérents est difficile à évaluer. Selon Aimé Capelle (3), on pouvait compter environ 2000 adhérents rien que sur Paris. Toujours selon Capelle, la FSF aurait surtout été constituée par “les copains des métaux”, et dans une moindre mesure par “les copains du bâtiment” qui avaient reconstitué le S.U.B. (Syndicat Unifié du Bâtiment, principal syndicat de la CGT-SR). Des sections F.S.F. se sont constituées à Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Marseille, Lille, Saint-Nazaire. Une toute autre estimation de la F.S.F. est donnée par l’union locale de la CNT-AIT de Bordeaux en novembre 1947 : “La F.S.F. n’eut pas grand succès. Elle ne groupa jamais plus de quelques centaines d’adhérents, -presque tous anciens de la CGT-SR- et surtout elle n’eut aucune influence dans la CGT”. On peut ainsi affirmer que la F.S.F. n’eut aucun poids au sein de la CGT, bien qu’il soit difficile d’évaluer précisément ses effectifs. Si la F.S.F. semble être une tendance de la CGT, ses statuts sont assez flous et même proches de ceux d’une centrale : “Article premier. -La Fédération Syndicaliste est organisée sur la base de groupes locaux intersyndicaux, ou, à défaut, de groupes régionaux. Dès que le nombre de leurs membres le permet, les groupes doivent constituer des sections industrielles qui, elles-même, devront s’appuyer sur des sections d’ateliers, chantiers ou bureaux.” (4). D’après cet article, il est donc possible de constituer dans une entreprise une section F.S.F. à côté d’une section CGT. L’article 2 montre également que la F.S.F. se présente comme une organisation à part entière plus que comme une tendance de la CGT : “Article 2. -Les adhérents des groupes peuvent être membres d’une Centrale Syndicale non adhérente à l’A.I.T. (...)”. Or, la F.S.F. est la seule section française de l’A.I.T. (selon les statuts de l’A.I.T., il ne peut y avoir qu’une seule section par pays). Elle se présente comme une organisation syndicale tout en autorisant ses membres à adhérer à une autre centrale. Elle ne s’affirme donc pas comme une tendance organisée de la CGT, bien qu’elle n’existe qu’au sein de cette dernière. L’objectif de la F.S.F. au sein de la CGT n’était autre que de s’opposer à sa direction, et de diffuser les idées syndicalistes révolutionnaires. L’article fondamental des statuts de la F.S.F. présente un condensé du syndicalisme révolutionnaire. Apparaissent les thèmes de “suppression du patronat, d’abolition du salariat et la disparition de l’État”. Elle vise l’instauration d’une société basée sur le “communisme libre”. Il paraît d’ailleurs plus judicieux de parler d’anarcho-syndicalisme plutôt que de syndicalisme révolutionnaire. A la lecture des statuts, il est peu probable que la F.S.F. ait pu recruter les syndicalistes révolutionnaires regroupés autour de la revue La Révolution prolétarienne. La F.S.F. affirme clairement son opposition aux partis politiques : “Son action se déroule en dehors de celle de tous partis politiques et en opposition avec ceux-ci” (article fondamental). Il est également ajouté qu’“en aucune façon, ils (les adhérents de la F.S.F.) ne peuvent être membres de partis politiques” (article 2).

Lire la suite...

La CNT-AIT, une histoire à écrire

L’histoire de l’anarcho-syndicalisme en France n’a jamais, ou très peu, suscité l’enthousiasme des historiens français. Faire un bilan historiographique de l’anarcho-syndicalisme est donc relativement rapide. Trois travaux principalement relatent la période de l’entre-deux guerres (1). Son histoire à partir de 1945, quant à elle, n’a encore jamais été retracée. Les différents ouvrages traitant du syndicalisme d’après-guerre se limitent le plus souvent à informer le lecteur de la création de cette organisation. On ne trouve ainsi qu’un simple paragraphe, ou tout au plus une page, consacrée à la CNT-AIT. Certains auteurs se sont cependant montrés soucieux de relater la participation de la CNT-AIT à certaines grèves, mais sans s’éterniser pour autant sur la nature de cette organisation (2). Notre critique s’arrêtera particulièrement à l’ouvrage de Guy Caire. Ce dernier, après avoir mentionné rapidement la création de la CNT-AIT, écrit dans son livre : “En fait la véritable tradition de l’anarcho-syndicalisme se retrouve davantage dans certains courants minoritaires de Force Ouvrière” (3). Une telle affirmation, sans fondement (4), suffit à écarter la CNT-AIT de l’histoire des syndicats ouvriers. Une fois de plus, le lecteur n’en saura pas d’avantage sur la CNT-AIT. Difficile donc pour ce dernier de se faire une idée sur cette organisation. A la lecture de ce type d’ouvrages, il semblerait que la CNT-AIT n’ait joué aucun rôle dans la recomposition syndicale de l’après-guerre, ce qui, comme nous le verrons, est entièrement faux. Pour mieux connaître la CNT-AIT, on peut étudier l’histoire de l’anarchisme, notamment à travers deux ouvrages de Roland Biard (5). Les travaux de Roland Biard permettent en effet d’avoir une idée assez large de la CNT-AIT. S’il ne s’agit pas d’une histoire détaillée, elle donne en revanche un aperçu général et relativement fiable de l’évolution de la CNT-AIT entre 1946 et la fin des années soixante. Le tome II du travail de Jean Maitron (6) sur le mouvement anarchiste en France apporte des informations intéressantes, malgré quelques erreurs -mais ne s’intéresse pas en particulier à la CNT-AIT. Jean Maitron conclut simplement à la quasi-impossibilité de retracer l’histoire de cette organisation. Suite à ce rapide bilan historiographique, nous voyons qu’il est très difficile, et même impossible, de retracer l’histoire de la CNT à partir d’ouvrages historiques.

Lire la suite...

samedi 14 décembre 2019

CALENDRIER SIA 2020

Connaissez-vous SIA ? Pour les plus anciens d’entre nous et les férus d’Histoire, ces trois lettres sont associées à des photos en noir et blanc : la Révolution et la guerre d’Espagne en 1936, la Retirada et l’exil des réfugiés espagnols en 1939, les activités antifranquistes après-guerre.

SIA est une association humanitaire avec des principes libertaires, crée en Espagne en 1937 par  la CNT-AIT pour faire face au besoin urgent de solidarité des révolutionnaires espagnols, qui se battaient contre le fascisme (Franco soutenu par Hitler et Mussolini). Il s’agissait aussi d’une réponse à la mainmise des communistes staliniens et de leurs organisations (le Secours rouge notamment) sur la vie publique et politique lors de la guerre d’Espagne.

La section française de SIA a été créé dans la foulée, regroupant de manière unitaire les différentes tendances du mouvement libertaire et même au-delà tous les militants de gauche sincère (Marceau Pivert notamment). Emma Goldman et Georges Orwell furent parmi les membres de SIA (section anglaise).

Avec ses maigres moyens SIA a apporté son aide et son réconfort aux refugies espagnols qui durent fuir en 1939 la terrible répression franquiste. SIA est interdite en Avril 1939 par la République Française qui pourtant se disait antifasciste … les activités continuent, clandestinement. Dès  1944, SIA se reconstitue officiellement à Toulouse. Il est vrai que de nombreux anarchistes espagnols ont participé à la Résistance …

Depuis 1937,  SIA n’a jamais cessé son œuvre militante pour venir en besoin aux exilés et aux réfugiés et à tous ceux qui fuient la guerre et la misère.

Lire la suite...

Sail Ameriane ben Amerzaine, Mohamed (1894-1953), een Algerijnse anarchistische pionier

Sail Mohamed Ameriane ben Amerzainee (14 okt. 1894, Tarbeit-Beni-Ouglis, Kabylie, Algerije – apr. 1953) was een anarchist uit Kabylie, Algerije. Kabylie ligt in het Rifgebergte in Algerije, en is het thuis van de Tamazingh, een Berbervolk. De Tamazingh kenmerken zich door een sterke horizontale traditie, die ertoe heeft geleid dat zij zich in de geschiedenis verzet hebben tegen verschillende pogingen tot onderwerping: tegen Islamitische overheersing door Arabieren, koloniale bezetting door Frankrijk en later ook tegen die van de Algerijnse centrale regering. Door deze strijd voor autonomie en zelfbestuur heeft de regio ook verbindingen met het anarchisme en heeft zo de nodige anarchistische militanten voortgebracht: Sail Mohamed was één van hen.


Lire la suite...

vendredi 13 décembre 2019

SOLFED-AIT : UN PEU D'OPTIMISME DANS UN MOMENT SOMBRE /SOME OPTIMISM IN A DARK TIME

Un peu d'optimisme dans un moment sombre…

Déclaration de SOLFED, section en Grande Bretagne de l’Ait, suite aux résultats des élections législatives Britanniques en lien avec le Brexit

Il ne s'agit pas de clamer "on vous l'avait bien dit!". Nous avons des amis proches et des camarades solides qui ont mis leur foi et leur énergie dans Corbyn et dans le Parti Travailliste. Nous n'avons que de la sympathie [au sens propre : souffrir avec …] et des condoléances pour eux. La perte d'espoir doit ressembler à un deuil. Nous sommes désolés, collectivement, pour l'angoisse que des millions de personnes ressentent aujourd'hui.

Mais nous pouvons vous aider et nous pouvons vous proposer une alternative. Nous savons maintenant que personne ne viendra nous sauver. C'est OK, pas de problème. Nous pouvons nous sauver nous-même. Solfed-AIT et la gauche anarchiste / libertaire ont toujours cru que le vrai pouvoir venait d'en bas, pas d'en haut. Nous n'avons pas à attendre qu'un autre politicien socialiste nous sauve des conservateurs, les Tories, nous pouvons nous sauver nous-même. Nous croyons que la politique commence à la maison, dans nos relations avec nos familles, nos amis, nos voisins et nos collègues de travail. Nous savons que la politique électorale est hors-jeu, du moins pendant quelques années. Essayons donc une stratégie alternative. Construisons des vraies et solides communautés de voisinage et des lieux de travail, capables de lutter contre la classe dirigeante. Faisons-le nous-mêmes et n'attendons pas les prochaines élections dans cinq ans pour un autre lancer de dés parlementaires. La politique concerne ce que nous faisons nous-mêmes, pas qui nous choisissons pour faire à notre place.

Voici nos suggestions :

Parlez à vos voisins. Cherchez quels problèmes inquiètent les gens de votre voisinage, de votre quartier. Rassemblez-vous, tenez des réunions, découvrez les compétences et les ressources que vous avez entre vous et élaborez un plan pour résoudre les problèmes. Parlez à d'autres quartiers, travaillez ensemble et commencez à bâtir une vague de communautés de voisinages organisées. Ne faites pas confiance à la police, ni aux politiciens, ni aux entreprises, même pas aux associations caritatives ; ce ne sont pas nos amis. La nuit dernière l'a prouvé.

Parlez à vos collègues de travail. Cherchez ce qui se passe au travail, ce dont les gens ont peur, sont stressés ou en colère. Réunissez-vous et tenez des réunions sur le lieu de travail. Trouvez un plan et commencez à riposter. Parlez à d’autres travailleurs et commencez à créer un mouvement d’organisations de travailleurs libres et autogérées. Ne faites pas confiance aux patrons, aux politiciens ni aux syndicats - ils ne sont pas de votre côté !

Enfreindre les règles. Le pouvoir politique ne vaut rien s'il ne peut être appliqué. Si vous êtes assez fort pour riposter, alors ils ne peuvent rien faire pour vous blesser.

Continuer de parler. Passez le mot et les idées. Surtout, parlez de vos victoires et succès. Ce truc semble impossible jusqu'à ce que nous réalisions à quel point c'est facile.

Soyez bienveillants les uns envers les autres. Il y a de la force dans le nombre et la connectivité est le pouvoir. Vos alliés et amis sont la seule chose dont vous disposez. Chérissez-les.

Ceci n'est pas une campagne de recrutement. Ne rejoignez pas Solfed-AIT si vous ne le souhaitez pas. Mais si vous vous adressez à nous, nous pourrons partager des idées et nous pourrions surement être capables de vous aider.



Lire la suite...

mercredi 11 décembre 2019

PERDRE AVEC LES SYNDICATS OU GAGNER LES GILETS JAUNES

Il paraît que l’économie française va mal. Pourtant la bourse ne s’est jamais aussi bien portée et les salaires des grands patrons augmentent rapidement. Ce qui va mal, ça, c’est sur, c’est la situation de tous ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter des actions. Clairement, les salariés ne sont pas à la fête, les licenciements, les délocalisations, les fermetures d’usines se multiplient, l’intérim, le travail précaire ou à temps partiel avec des salaires de misère deviennent la règle.

Les avancées sociales que nos anciens avaient conquises de haute lutte sont remises en question : limitation des indemnités prud’homales, durcissement considérable des conditions pour avoir droit aux indemnités chômage, etc., etc., et maintenant (de nouveau) le gouvernement s’attaque aux retraites. Ce sont toujours les mêmes arguments qu’on nous ressort : déficit, concurrence internationale, productivité insuffisante, etc. et au final ce sont toujours les couches les plus pauvres de la population qui doivent payer. Et ça fait des lustres que ça dure.

Quelque soit le gouvernement, de droite ou de gauche, à chaque fois c’est le même scénario : les représentants de l’état, les patrons, les dirigeants des syndicats représentatifs se mettent autour d’une table ; ça discute, ça feint de s’engueuler. Les syndicats disent leur colère, surenchérissent, se divisent. Les plus revendicatifs organisent quelques manifs pour faire monter la pression... les patrons lâchent quelques bribes par rapport au projet initial ; les syndicats crient victoire... ça aurait pu être pire. Au final, ce sont des droits en moins pour les salariés, les chômeurs, les pauvres, des conditions de vie, de travail plus difficiles. Alors, il faudrait peut-être se poser des questions, s’interroger sur la stratégie employée par ceux qui sont censés défendre les intérêts des travailleurs.

C’est ce qu’on fait les gilets jaunes. Ils se battent depuis 1 an et pour imposer leurs

revendications, ils ne font confiance qu’à leurs luttes, ils refusent de confier à qui que ce soit le soin de les défendre. La démocratie directe, l’action directe ce sont les seules règles qu’ils reconnaissent et ça marche.

Rien d’étonnant, donc si de plus en plus de travailleurs syndiqués viennent se mêler aux cortèges de gilets jaunes et si dans certaines entreprises (par exemple au techno-centre SNCF de Châtillon) les travailleurs se lancent dans la lutte sans demander l’avis des syndicats. Eux ont compris la réalité du système dans lequel nous vivons, ils ont compris que les lois réglementant le travail ont été faites comme toutes les autres lois par les membres de la classe dirigeante pour servir les intérêts de cette classe.

Ne faisons confiance qu’à nos luttes.

Grève,blocage et sabotage !

Lire la suite...

TURQUIE : CE QU'ILS NE DONNERONT PAS, NOUS LE PRENDRONS !

Les membres de l’Association des Jeunes Travailleurs (GIDER : Genç İşçi Derneği), nous avons participé a la manifestation contre la crise le 8  decembre dernier à Bakırköy [(Istanbul) avec nos slogans, nos drapeaux noirs et notre rébellion. La semaine dernière, nous avons prepare la manifestation en distribuant des tracts et en collant des affiches dans differents quartiers de la ville, pour aue se leve la colère des opprimés.

Nous sommes ceux qui ne peuvent pas acheter de vetements pour nos enfants.

Nous sommes ceux qui n’ont pas les moyens de payer les factures.

Nous travaillons 14 heures par jour avec un salaire minimum.

Nous sommes ceux qui n'ont pas été payés depuis 4 mois.

Nous sommes ceux qui ne peuvent plus payer leur loyer.

Nous sommes ceux dont la vie est volée.

Nous sommes les opprimés.

Ils ne nous donneront pas nos droits. Nous devrons les prendre.

Ils ne nous donnerons pas notre pain. Nous devrons le prendre.

Ils ne nous donnerons pas la justice. Nous devrons la prendre.

Ils ne nous donneront pas la liberté. Nous devrons la prendre..

La victoire se gagne dans la rue avec la lutte.

Nous n'abandonnerons jamais la lutte contre le  capitalisme, qui est lui-même une crise, comme c'est le cas aujourd'hui. Nous continuerons de crier que tous les patrons sont des voleurs. Ce combat n'est pas seulement le combat d'aujourd'hui. Il est maintenant temps de se battre.

Tant que les pouvoirs existent, tant que le capitalisme existe, cette lutte continuera. Nous continuerons notre combat avec notre drapeau noir contre l'injustice partout.

Vive la liberté, vive l'anarchisme!
Yaşasın Özgürlük, Yaşasın Anarşizm!

Lire la suite...

mardi 10 décembre 2019

IRAN : LIBERTE POUR NEDA NAJI !

NEDA NAJI, est une courageuse jeune femme iranienne. Etudiante, actrice (elle avait joué dans le drame documentaire iranien sur l’anarchiste russe Emma Goldman «Living My Life», ou elle incarnait l’anarchiste Valentia), militante du droit des travailleurs, le 1er mai 2019, avec 50 personne, elle participait a une manifestation non declarée pour célébrer la fete des travailleurs. Les activistes ont été arreté pendant leur rassemblement par les forces de sécurité du régime du califat islamique chiite fasciste en Iran.

Après 218 jours de détention dans des conditions inhumaines, elle a été condamné le 4 décembre 2019 à 5 ans et six mois de prison pour activité contre le régime islamique.

Alors que la population iranienne exprime de plus en plus fort son ras-le-bol son rejet de la dictature islamique et de la corruption généralisée et aspire a un changement radical pour plus de liberté et de justice,le système ne se maintient que par une répression féroce.

Nous craignons que Neda ne soit torturée en prison, pour l’exemple et pour terroriser les opposants actuels ou a venir.

Une campagne de solidarité avec les anarchistes et les révolutionnaires iraniens emprisonnés est en cours, pour la rejoindre contactez nous (contact   ( at) cnt-ait. info

Des révolutionnaires solidaires en France

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

Lire la suite...

IRAN : REPRESSION FEROCE

Voici le véritable visage de l’État islamique chiite d’Iran qui règne depuis plus de 40 ans sous le régime de la charia.

Union des anarchistes d'Iran et d'Afghanistan, 29 Novembre 2019

Des émeutes très violentes ont secoué récemment l'Iran. La population a crié son exaspération contre le régime islamique et sa faillite tant économique que morale, tellement la corruption gangrène ce pays pourtant dirigé par des dévots mollahs.

La répression pendant le mouvement a été d'une brutalité inouie, nos compagnons anarchiste iraniens rapportent que des centaines de manifestants ont été abattus par la police, la plupart des par des tirs dans le dos (ce que confirme Amnesty international dans ses rapports).

Cette répression n'est qu'un avant goût de ce qui attend les manifestants qui se sont fait arrêtés et plus généralement toutes celles et ceux qui oseront s'exprimer contre la terreur islamique qui règne en Iran. Nos compagnons anarchistes d'iran ont traduit un extrait d'un débat télévisé sur la première chaine iranienne où un Docteur en Théologie,prof d'Université, appelle à torturer les opposants, conformément au Coran.

"Curieusement", les émeutes des iraniennes et des iraniens semble moins passionner le milieu gauchiste que d'autres émeutes tropicales . Les militants sont ils impressionnés par les propos du Guide Suprème d’Iran, Ali Khamenei,qui fait porter la responsabilité de cette révolte sociale et politique sur un complot "américano-sioniste" ? Par "anti-sionisme", les gauchistes se dissocient ils de la lutte des travailleuses et des travailleurs contre leur propre bourgeoisie ?

La solidarité ne doit faire défaut à ceux qui luttent contre leurs exploiteurs, partout dans le monde.

انقلاب در راه است !

انقلاب یک ضرورت است !

زنده باد انقلاب!

la Révolution arrive,

La Révolution est une nécessité !

Vive la Révolution !

Des révolutionnaires solidaires en France

==================

https://asranarshism.com/1398/09/07/shia-islamic-state-iran/

Voici le véritable État islamique chiite, l'Iran.

Voici le véritable visage de l’État islamique chiite d’Iran qui règne depuis plus de 40 ans sous le régime de la charia.

La personne dans cette vidéo s'appelle Abolfazl Bahrampour. IL est "Professeur d'université" et il est "expert du Coran".

Il est intervenu le 26 novembre 2019 sur la Première chaîne de télé de de la Radiodiffusion d'Etat iranienne pour expliquer comment doivent être traités les manifestants arrêtés suite aux récents évènements, ] conformément aux commandements explicites du "Saint Coran". « Saint Coran ».

Et c’est un véritable appel au MASSACRE.

«ILS DEVRAIENT ÊTRE TORTURES À LA MORT [crucifiés] - et pas simplement exécutés.

ON DEVRAIT LES PENDRE HAUT ET COURT

- LEURS PIEDS ET LEURS MAINS DEVRAIENT ÊTRE COUPÉS SUR LES CÔTÉS OPPOSÉS [main droite - quatre doigts - pied gauche et pied droit ensemble] DE LA MANIERE LA PIRE POSSIBLE

Notre Docte expert a demander l’application du 33ème verset de la 5ème Sourate (Al-Maidah 5 :33) : « La récompense de ceux qui font la guerre contre allah et son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment »,

Lire la suite...

mercredi 4 décembre 2019

5 décembre : LA RETRAITE ON VEUT EN PROFITER VIVANT ! (Tracts et Analyse post-manif)

Ci joint des propositions de tracts pour diffuser avant, pendant et après le 5 décembre ...

60 ans c'est déjà trop tard ! (Tract A5) Télécharger 60 ANS C EST DEJA TROP TARD

La retraite on veut en profiter vivant (argumentaire 4 pages A4) Télécharger LA RETRAITE ON VEUT EN PROFITER VIVANTS

Et toi tu fais quoi le 5 décembre ? (tract A5) Télécharger CNT-AIT_5-Decembre PDF

Perdre avec les syndicats ou gagner avec les gilets jaunes / Comment faire grève sans syndicat ? (tract A5 recto/verso) Télécharger PERDRE AVEC LES SYNDICATS OU GAGNER AVEC LES GILETS JAUNES

Lire la suite...

CHILI : INFORMATION DES COMPAGNONS DU GROUPE ANARCHISTE GERMINAL (CONCEPTION) / "Je sais juste que ce n'est pas Marx. Cela ressemble plus à Bakounine."

Chers compagnons,

Tout d’abord, merci de votre sollicitude. À Concepción, nous n’avons pas encore eu de compagnons en détention ni de prisonniers, même si certains ont été blessés par balles au cours des premières semaines de lutte.

Ici, une forte présence a été maintenue dans la rue et dans certains quartiers en organisant ou en participant à des assemblées populaires auto-convoquées, où la teneur de l'organisation, très libertaire, a été très intéressante. Il a été possible de maintenir une lutte acharnée jusqu’à aujourd’hui 3 décembre  sans baisser les bras, et ceci de la même manière partout, à Santiago, à Valparaiso, à Iquique, à Tocopilla, à Puerto monte, c’est-à-dire sur presque tout le territoire national.

Je vous envoie un texte que nous avons envoyé au début du soulèvement populaire et qui est encore très valable. Particulièrement aujourd'hui, alors que le gouvernement a pointé du doigt les anarchistes comme les ennemis qui ont initié les feux, les pillages et qui aujourd’hui encore maintiennent les occupations de rues. Ils cherchent donc à lancer une campagne de répression contre des groupes et des individus.

Groupe Anarchiste Germinal
Concepcion, Chile , 2019-12-04
Photos : assemblées populaires à Temuco et dans les quartiers populaires de Santiago.

Lire la suite...

- page 2 de 17 -