(Article paru initialement dans le journal de la CNT-AIT de Toulouse , Octobre - Novembre 2001)


Le dernier congrès de l’AIT (Association Internationale des Travailleurs), en Décembre 2000 à Madrid a eu pour thème : "Contre le capitalisme mondial et ses conséquences : internationalisme prolétarien". Comme l’écrivait dans son éditorial de juin 2001 le journal "CNT", organe de la section espagnole de l’AIT : "Il n’est pas question pour les individus conscients et révolutionnaires de substituer le néo-libéralisme à un néo-keynesisme. Il s’agit au contraire d’éliminer les deux en parvenant à une organisation économique autogestionnaire, prolétarienne et internationaliste".

Le cataclysme politico-économique du 11 Septembre 2001 montre combien il est sensé de proposer une organisation économique à la base, qui utilise les richesses pour les besoins de tous et pas pour les privilèges de quelques uns. Les masses actuellement dépossédées, exploitées, affamées, demandent la justice sociale. Elles demandent la fin de la croissance des profits pour les uns et de la misère pour les autres. Elles demandent la fin du mode de développement imposé par le capitalisme. Sans cela, jamais nous n’arriverons à ce que cessent les haines et les guerres. En ce moment historique, il nous faut mettre l’accent sur certaines tactiques de la bourgeoisie. Retour sur les événements de Gênes.