(première publication en Juillet 2010)

Voici à peine quelques années, lorsque la grande vague des émeutes de banlieue s’est produite, toute la classe politique - extrême-gauche et libertaires compris - s’est retrouvée largement unie pour dénier aux actes des jeunes révoltés toute portée politique (voir encadré  : «  Petit florilège sur la révolte des banlieues  »). Aujourd’hui, le soi-disant débat du gouvernement sur l’identité nationale - qui est en fait une campagne de propagande raciste aussi haineuse que sournoise - a réussi à polariser les esprits sur le port d’attributs vestimentaires à vocation religieuse.