Actualité de l'Anarchosyndicalisme

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 mai 2020

#CORONAVIRUS [FICHE Numéro 7] Masques gratuits ! A bas les profiteurs ! Fatigués mais pas abattus

Voici la Fiche n°7 des travailleurs de la santé de la CNT-AIT. n'hésitez pas à la partager que ce soit par voie électronique ou par voie papier ! Seule la lutte paye !

téléchargeable en PDF : CORONAVIRUS_FICHE_7

- Masques gratuits pour toutes et tous ! À bas les profiteurs et leurs complices !

- Fatigués mais pas abattus !

- bulletin international

Lire la suite...

vendredi 1 mai 2020

ETRANGE PREMIER MAI 2020 ...

Étrange premier mai...

Pas de manif, pas de muguet, pas d'apéro entre potes, ils doivent bien rigoler Jupiter et son copain Roux de mes deux. Un premier mai comme ça, ils n'osaient même pas en rêver. Ce virus de merde, plus à droite, tu meurs. Heureusement, le 8 mai, nous regarderons de nos fenêtres défiler les rescapés de l'armée française, en oubliant bien sûr qu'à cette date en 1945, cette même armée massacrait à Sétif. Nous aurons aussi l'ascension, où enfin en liberté provisoire nous pourrons comme Jésus, nous envoyer en l'air.

Quant aux syndicats et aux partis de « gôche », incapables de réaction, pas la moindre mini-manif, même en respectant la « distanciation », pas de dépôt de gerbe devant les monuments aux morts du travail, pas de drapeau rouge aux fenêtres de la Maison du Peuple, pas d'Internationale vibrante dans la rue, pas de slogans vengeurs, juste de la contestation virtuelle, après le télé-travail, c'est la télé-lutte des classes qui vient de naître, c'est à gerber. Les casserolades ou autres guignolades insoumises n'effraieront même pas les pigeons. A la place de leurs adhérents, je craindrai de me faire tirer par les pieds, nuitamment par le fantôme de la classe ouvrière...

J'aurai surtout peur de la réaction de mes petits enfants, dans quelques années, lorsqu'ils demanderons :

« Où tété Pépé, le 1 er mai 2020, et toi mère-grand, que faisais-tu ce jour là ?

    J'étais chez moi, con-finé et regardais sur ma tablette, vociférer Monsieur Martinez...

    Sur ce ridicule morceau de plastique tout noir ? Wouarf ! Vous étiez vraiment nuls...

Car eux, ils auront retrouvé la libre parole, la belle écriture, qu'ils s'enverront des lettres d'amour, se bécoteront sur les bancs publics, inventeront des poèmes, joueront de la musique, lirons sur des livres en papier, vivront quoi ...

Et nous, nous regarderons s'ouvrir notre tombe en regrettant, mais un peu tard, d'avoir oublié de nous battre...


Riton 1 er mai 2020

Pendant ce temps à Auch ...

Lire la suite...

Bulletin d’Information – Special Covid19 SRAS2 – Travailleurs de la santé

Bulletin d’Information – Special Covid19 SRAS2 – Travailleurs de la santé

La pandémie de Coronavirus touche tous les pays et va avoir un impact – direct ou indirect - sur la vie de milliards de personnes. Il est important malgré la crises que nous traversons de conserver notre esprit critique, pour essayer de comprendre comment nous sommes arrivés dans cette situation, comment faire face, et comment imaginer des solutions pour après la crise.

L’AIT est l’Association internationale des travailleurs. Elle regroupe des travailleurs qui se reconnaissent dans les principes, tactiques et finalités de l’anarchosyndicalisme dans le monde entier. Nous voulons contribuer à ce travail de réflexion critique collective, Par ce bulletin, nous avons rassemblés les textes produits par des groupes de l’AIT qui sont actifs dans le secteur de la santé et des soins. Il ressort de ces articles que globalement la situation est la même partout : manque de moyens, manque de formation, personnels sacrifiés par une impréparation des services de santé qui ont été détruit depuis plusieurs années au nom de l’efficacité managériale et de la rentabilité financière. On voit en effet aujourd’hui l’efficacité de ces restructurations … Cette désorganisation et ce chaos même ne sont pas les fruits du hasards, ils ne sont pas dus aux anarchistes, ils sont le résultat de l’action combiné de l’Etat et du Capitalisme. Pour sauver l’humanité, nous n’avons pas d’autre choix que de nous organiser collectivement pour en finir avec l’Etat et le Capitalisme.

Si vous souhaitez continuer à recevoir ce bulletin, contacter votre section de l’AIT de votre pays ou bien le secrétariat  de l’AIT : secretariado@iwa-ait.org

"L’Anarchie est la plus haute expression de l’ordre. "(E RECLUS)
Finissons-en avec le chaos de l’Etat et du Capitalisme !

Télécharger le bulletin : AIT-travailleurs-santé

Lire la suite...

samedi 25 avril 2020

GREVE DES LOYERS : ACTION DIRECTE CONTRE LA VIE CHERE ET POUR UN LOGEMENT DIGNE

La CNT-AIT vient d'éditer une brochure sur l'histoire des grèves des loyers, depuis la Commune de paris (la grève des loyers la plus réprimée de l'histoire), jusqu'à la Grève actuellement en cours en lien avec le  Covid 19, en passant par les grèves de loyers insurrectionnelles d'Argentine, du Mexique ou d'Espagne d'avant guerre. Elle contient d'ailleurs des textes inédits en français sur ces trois derniers mouvements.

Elle peut être téléchargée en ligne ici : BRO_GREVE_LOYERS  Elle fait 188 pages.

a version papier peut être commandée en envoyant un mail à contact@cnt-ait.info. La brochure faire 184 pages, le prix y compris les frais d'envois est de 8 euros. Vu le confinement prévoir malgré tout un délai pour l'acheminement ...

Ci dessous l'intro et le sommaire. Bonne lecture !

INTRODUCTION : « LA PROPRIÉTÉ C’EST LE VOL »

Cette phrase prophétique de Proudhon – le Père de l’Anarchie si on en croit les historiens – fut écrite en 1840, en plein essor de la Révolution Industrielle qui réclamait sans cesse toujours plus d’ouvriers pour faire tourner à plein l’économie de production en plein essor.

Les paysans quittent les campagnes et viennent s’entasser en ville, pour rejoindre le cortège des ouvriers qui se feront avaler par l’usine-Moloch, comme l’a immortalisé Fritz Lang dans son film prophétique Metropolis.

Si les paysans étaient logés par leurs maitres, les ouvriers eux doivent payer pour se loger. Mais rien n’a été prévu pour héberger ces masses qui se pressent toujours plus dans les villes. Les logements sont rares, et donc chers. Les propriétaires n’investissent pas dans l’entretien des immeubles, qui deviennent rapidement des taudis, entraînant leur cortège de maladies telles que la tuberculose. La rénovation du centre de Paris par le baron Hausmann a assuré à la bourgeoisie des conditions de logements très confortables, mais a « oublié » la construction de logements pour les ouvriers : il faut dire que ce n’est pas un secteur rentable. Il existe une véritable crise du logement populaire. Cette cherté du loyer explique l’instabilité de l’ouvrier dans la ville, ses déménagements fréquents, faits parfois à la « cloche de bois » quand il ne peut plus payer le loyer.

Avec la naissance du mouvement ouvrier et l’apparition d’une conscience de classe, les ouvriers vont passer de la prise de conscience – la propriété, c’est le vol – à la résistance individuelle – les déménagements clandestins. Puis avec l’émergence de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) et des sociétés de résistance ouvrière, cette résistance va devenir collective. L’idée d’une grève des loyers, comme il y a la grève du travail, commence à germer.

Les premières associations de locataires se forment. Souvent, ce sont les femmes qui sont à la pointe de la lutte : ce sont elles qui dirigent le foyer et sont chargées des tâches domestiques. Souvent le travail leur est interdit, elles sont donc obligées de rester confinées dans des réduits insalubres alors que leurs hommes eux vont se divertir au café ou au cabaret. Elles sont donc les premières à souffrir de cette situation, et logiquement les premières à se rebeller.

Ce phénomène est universel : l’industrialisation et l’urbanisation sont mondiales, les mêmes causes produisent les mêmes effets, de Paris à Buenos Aires, de Tenerife au Ghetto de Harlem.

Mais le problème du logement n’est qu’un des problèmes liés à l’organisation de la société capitaliste. Il est inséparable de celui du travail et de son mode d’organisation. La contestation sur le logement débouche alors sur une contestation globale du capitalisme. Les anarchosyndicalistes de la FORA en Argentine, de la CGT mexicaine, ou de la CNT-AIT à Barcelone et Tenerife, organisent des grèves de loyer qui prennent des tournures insurrectionnelles. En Italie dans les années 70, c’est toute la société capitaliste de consommation qui est remise en cause par l’Autonomie ouvrière.

Si aujourd’hui dans les pays occidentaux la qualité des logements s’est globalement améliorée, il reste néanmoins des ilots d’insalubrité tels que les foyers pour étrangers. Ceux-ci aussi s’organisent et pratiquent la grève des loyers pour exiger leur dignité.

La question de logement reste centrale pour le budget des familles, notamment les plus modestes. Les luttes et les grèves de loyer sont désormais bien ancrées dans le répertoire de lutte, comme des exemples récents en Angle-terre, en Pologne ou en France contre la hausse des APL nous le montrent.

Cette brochure regroupe différents textes, certains théoriques, la plupart historiques, publiés dans le journal de la CNT-AIT « Anarchosyndicalisme ! », ou bien dans d’autres titres militants. Sont aussi proposés à la lecture des extraits de textes d’universitaires, souvent dans des traductions inédites.

En réalisant cette brochure, il nous a semblé voir apparaitre des traits communs à ces luttes pourtant distantes dans le temps (elles s’étalent sur plus d’un siècle) et l’espace (sur plusieurs continents) :

Lire la suite...

lundi 13 avril 2020

Les travailleurs de la santé: chair à canon du Coronavirus?

Traduction d'un texte d'un compagnon de la section britannique de l'AIT, Solidarity Federation, qui montre que les problème sont partout pareil. Il s'agit donc bien d'un problème structurel inhérent au Capitalisme et à l'Etat, donc il faut nous débarrasser pour sauver l'Humanité !

===========================

Les travailleurs de la santé: chair à canon du Coronavirus?

Quiconque a déjà travaillé dans le secteur de l'aide sociale, ou l'a côtoyé, sait à quel point les employeurs de ce secteur tentent d'exploiter leur personnel et à quel point ils le traitent mal. Les travailleurs de la santé ont longtemps eu le sentiment d'être mal considérés par les autorités locales et le gouvernement, jusqu'à ce que les politiciens locaux et nationaux les qualifient récemment de "peu qualifiés". Ce phénomène a commencé à faire la une de la presse nationale et à se propager dans l'opinion publique et n'a jamais été aussi évident que pendant la crise actuelle du coronavirus, où les employeurs ont fait preuve d'un mépris total pour la sécurité non seulement de leurs travailleurs, mais aussi des personnes qui utilisent leurs services.

Les travailleurs de la santé ont fait preuve d'un engagement et d'une compassion sans faille envers les personnes dont ils s'occupent en continuant à se rendre au travail pour les soutenir chaque jour malgré les risques, certains travailleurs allant jusqu'à rester sur leur lieu de travail, laissant leur famille à la maison, afin de contribuer à protéger du virus les personnes dont ils s'occupent.

Entre-temps, les employeurs de la santé ont montré leur engagement et leur compassion habituels envers leurs employés en les traitant aussi mal que possible afin de protéger les marges bénéficiaires. La plupart des soignants n'ont jamais eu droit à des indemnités de maladie et ne reçoivent que des indemnités de maladie légales (SSP), et cela a continué pendant la crise actuelle.

Quiconque a déjà travaillé dans le secteur de l'aide sociale, ou l'a côtoyé, sait à quel point les employeurs de ce secteur tentent d'exploiter leur personnel et à quel point ils le traitent mal. Les travailleurs de la santé ont longtemps eu le sentiment d'être mal considérés par les autorités locales et le gouvernement, jusqu'à ce que les politiciens locaux et nationaux les qualifient récemment de "peu qualifiés". Ce phénomène a commencé à faire la une de la presse nationale et à se propager dans l'opinion publique et n'a jamais été aussi évident que pendant la crise actuelle du coronavirus, où les employeurs ont fait preuve d'un mépris total pour la sécurité non seulement de leurs travailleurs, mais aussi des personnes qui utilisent leurs services.

Les travailleurs de la santé ont fait preuve d'un engagement et d'une compassion sans faille envers les personnes dont ils s'occupent en continuant à se rendre au travail pour les soutenir chaque jour malgré les risques, certains travailleurs allant jusqu'à rester sur leur lieu de travail, laissant leur famille à la maison, afin de contribuer à protéger du virus les personnes dont ils s'occupent.

Entre-temps, les employeurs de la santé ont montré leur engagement et leur compassion habituels envers leurs employés en les traitant aussi mal que possible afin de protéger les marges bénéficiaires. La plupart des soignants n'ont jamais eu droit à des indemnités de maladie et ne reçoivent que des indemnités de maladie légales (SSP), et cela a continué pendant la crise actuelle.

Lire la suite...

dimanche 12 avril 2020

ACHAT DE MATERIEL : LE GOUVERNEMENT INDIQUE CLAIREMENT SES PRIORITES ...

Ne croyez pas que - malgré l'impréparation et la désorganisation totale dont il a fait preuve jusqu'ici - l'Etat  ne continue pas de s'occuper de nous et de notre futur.
Le 3 mars dernier, le gouvernement a passé un appel d'offre de plus de 3 642 000 euros (trois millions six centre quarante deux mille euros), pour acheter ... devinez quoi ?
Des masques ? du gel hydroalcoolique ? des médicaments ?
Non, du gaz lacrymogène... et l'Etat est prévoyant, puisque le marché est renouvelable, dès fois qu'il épuise le stock plus vite que prévu.
Voilà ou est passé l'argent public  - nos impôts -  qui aurait pu servir à acheter des masques , des respirateurs, qui aurait évité de fermer des lits dans les hôpitaux et de déconsidérer le personnel soignant !
 
Mais n'oublions pas que Macron , Castaner et et leur clique étatique on plutôt choisi de soigner le personnel soignant en le gazant
 
Information, à  diffuser sans modération
 
Ni oubli , ni pardon,
#ETAT_ASSASSIN
Attention les yeux !

Transmis par CNT-AIT 82

Avis No 20-31056, publié le 01/03/2020

Acquisition d'aérosols lacrymogènes au profit de la police nationale et de la gendarmerie nationale

https://www.boamp.fr/avis/detail/20-31056/officiel?fbclid=IwAR19M4-9MK-FAiPk4L0S2x-A2EK-kLHBQc-1I6joW9Snnyu76WOCmPqcLio

Pour tenir bon #4 : Contrainte versus bon sens...

Contrainte versus bon sens...


Les gouvernements mondiaux et en particulier le nôtre, donnent depuis longtemps l'impression de naviguer à vue. La gestion désastreuse de la crise actuelle en plus d’être inhérente au capitalisme, est une conséquence flagrante des politiques du « en même temps », du ni oui ni non, du j'avance et je recule (je vous ferai grâce du reste du couplet), du protégeons la nature et engraissons ses assassins, bref de l'imprévision totale et du mépris pour ceux qui depuis des lustres tiraient le signal d'alarme. Élevés dans le mythe de leur toute puissance, les maîtres du monde, forts éloignés des problématiques de vie quotidienne de chacun d'entre nous, pensaient détenir un pouvoir absolu sur l'ensemble du vivant. Patatras, le virus débarque. Panique à bord. Pas de vaccin, pas de sérum, pas d'infrastructures hospitalières adaptées, des soignants exsangues, des scientifiques en pleine controverse. Que faire Mon Dieu ? Même les églises sont fermées et l'eau bénite prohibée... La seule solution reste l'incarcération à domicile de la moitié de la population mondiale et l'attente du remède miracle ou de la fin du monde.

Si le confinement demeure en effet l'ultime façon d’appréhender la chose, pour qu'il soit efficace et accepté, il faut qu'il soit compris, et pour qu'il soit compris il faut qu'il soit expliqué. Je doute de la capacité et de la volonté de nos gouvernants à s'improviser professeurs de sagesse. Il est beaucoup plus aisé pour eux de contraindre et de verbaliser. Pourtant nombreux sont les témoignages dans nos histoires personnelles des bienfaits d'une pédagogie bien conçue s'appuyant sur l'intelligence et le bons sens de chaque individu. Expliquez à un enfant pourquoi il est nécessaire de se laver les mains avant d'aller à table, il le comprendra et à son tour l'expliquera aux autres et plus tard à ses propres enfants. Sanctionnez-le pour l'avoir oublié, il vous en voudra et ne cherchera qu'à tricher.

Lire la suite...

samedi 11 avril 2020

Le triage de guerre, le confinement et le rôle de la classe ouvrière

Nous diffusons ci après un texte écrit le 3 avril 2020 par nos compagnons du Syndicat interco de la CNT-AIT Union d’Albacete, et de sa section syndicale à la résidence pour personnes âgées Alábega, ainsi qu'un appel à la solidarité avec des compagnons du syndicat CNT-AIT de l'EHPAD de ..., toujours en Espagne.

Les faits qui sont dénoncés par les compagnons anarchosyndicalistes espagnols sont exactement les mêmes qu'en France. Cela montre bien que le problème est systémique, que ce chaos est généré par l'organisation sociale actuelle, et uq'il faut en finir avec l'Etat et le Capitalisme, cela devient une question de survie de l'Humanité.

============

Le triage de guerre, le confinement et le rôle de la classe ouvrière


Les membres du Syndicat interco de la CNT-AIT Union d’Albacete, et de sa section syndicale à la résidence pour personnes âgées Alábega, nous nous adressons à l'ensemble de la classe ouvrière afin de faire connaître la lutte que notre organisation anarcho-syndicaliste mène contre le Direction provinciale de la protection sociale d'Albacete.

Ce n’est pas la première fois que la CNT-AIT a dénoncé les services minimalistes mois en place par l'État et par les entreprises dans ce secteur, à leurs résultats insuffisantes, et ce malgré les dispositions légales en vigueur (arrêté du 04/06/2013, du ministère de la Santé et des Affaires Sociales par lequel les conditions minimales des centres pour personnes âgées en Castille et Manche sont réglementées, modifiant  l’arrêté de 2001). Ce n’est pas une question de paperasse, de ce côté-là lis ont tout ce qu’il faut …

La situation était si grave dans les résidences que l'urgence sanitaire, produite par le COVID-19, a mis en évidence le manque d’attention sanitaire dont disposent les personnes âgées. Cette situation n'était pas et n'est pas une situation isolée, ou limitée à l'instant présent, bien au contraire; Dans de nombreuses résidences, la situation se maintien malgré tout, grâce aux efforts importants déployés par le personnel, et ce malgré des charges de travail importantes, malgré le manque de personnel, le manque d'équipements techniques, et surtout la forte consommation d'anti-inflammatoires par le personnel [pour tenir. Ce qui est fortement déconseillé médicalement]. Cependant, la crise sanitaire de COVID-19 a fait éclater la précarité qui se vivait dans ce type de service, et à rendu évidente que tout repose sur effort des travailleurs.

En fait dans les résidences pour personnes âgées, il n'y a qu'un seul problème, que nous pourrions bien appeler la tristement célèbre "entreprise de gestion gériatrique".

Lire la suite...

vendredi 10 avril 2020

A notre compagnon Rafa "Rinconada" Estévez

Rafa Estévez, Rafa "Rinconada" pour ses compagnons, a été la 7ème victime du Coronavirus à Seville, c’est aussi la plus jeune des victimes de Séville à ce jour. Il avait 37 ans. Il vient de décéder, ce dimanche 22 mars, à l’hôpital Virgen Macarena.

Marié, sans enfant, Rafa était un communiste libertaire, qui se battait pour survivre et pour partager ses idées avec le plus grand nombre. Il était infirmier auxilliaire de formation, même si comme beaucoup de travailleurs de sa génération il cumulait les petits boulots entre deux périodes de chômage : cueillette des oranges, travail dans l’hôtellerie … Dernièrement il travaillait dans une entreprise de transformation de volailles. "Il était un type particulier, si par particulier nous entendons ce qui va au-delà de la norme habituelle". "Un gars qui travaille dur partout où il allait, fort, éveillé et ouvert avec les gens, des qualités qui sont très appréciées", a écrit son ami.

Rafa était originaire de La Rinconada, et venait justement de publier un livre, fruit de dix ans de recherches, sur le Communisme Libertaire dans sa ville natale pendant la Révolution Espagnole.  Il laisse une marque profonde sur les groupes anarchistes de la région, où il était bien connu. "Il était toujours en première ligne, il était très en avant, très courageux, et aussi un gars très gentil", explique Fernández, qui a écrit sa nécrologie dans La voz del sur.
Il a longtemps été membre du syndicat anarchiste CNT-AIT quand il habitait à La Chiclana. Même si, du fait de l’absence de syndicat anarchosyndicaliste à Séville, il n’ était plus affilié, il restait en contact avec les compagnons. L'anarchisme a été, selon Fernández, "le grand leitmotiv de sa vie, car si Rafa souhaite qu'on se souvienne de quelque chose, c'est d’être un fidèle ambassadeur des idées qui ont marqué son chemin de vie". Il était un grand lecteur de théoriciens anarchistes classiques, tels que Proudhon, Bakounine, Malatesta ou Kropotkine, dont les idées le "dotaient d'un corpus de valeurs, de principes et de fondements moraux et sociaux qui, dès le plus jeune âge, donneraient un sens à son existence".

Lire la suite...

A nuestro compañero Rafa "Rinconada" Estévez


Rafa Estévez, Rafa "Rinconada" para sus compañeros, fue la séptima víctima del coronavirus en Sevilla, también es la víctima más joven de Sevilla hasta la fecha. Teniaba 37 años. Acaba de morir el domingo 22 de marzo en el Hospital Virgen Macarena.

Casado, sin hijos, Rafa era un comunista libertario, que luchó para sobrevivir y compartir sus ideas con el mayor número. Era una enfermera auxiliar de formación, aunque, como muchos trabajadores de su generación, acumulaba trabajos ocasionales entre dos períodos de desempleo: recoger naranjas, trabajar en la industria hotelera ... Últimamente trabajó en una empresa de procesamiento de aves de corral. "Era un tipo particular, si por particular queremos decir lo que va más allá de la norma habitual". "Un tipo trabajador en todas partes, fuerte, alerta y abierto a las personas, cualidades que son muy apreciadas", escribió su amigo.

Rafa era originario de La Rinconada, y acababa de publicar un libro, fruto de diez años de investigación, sobre el comunismo libertario en su ciudad natal durante la Revolución española. Dejó una profunda huella en los grupos anarquistas de la región, donde era conocido. "Siempre estuvo en primera línea, fue muy delantero, muy valiente y también un tipo muy agradable", dijo Fernández, quien escribió su obituario en La voz del sur.

Fue miembro del sindicato anarquista CNT-AIT durante mucho tiempo cuando vivía en La Chiclana. Incluso si, debido a la ausencia de un sindicato anarcosindicalista en Sevilla, ya no estaba afiliado, permanecía en contacto con los compañeros. El anarquismo ha sido, según Fernández, "el gran leitmotiv de su vida, porque si Rafa quiere que recordemos algo, es ser un embajador fiel de las ideas que marcaron el camino de su vida". Fue un gran lector de teóricos anarquistas clásicos, como Proudhon, Bakunin, Malatesta o Kropotkin, cuyas ideas "lo dotaron de un corpus de valores, principios y fundamentos morales y sociales que, desde una edad temprana, proporcionarían un significado para su existencia ".

Lire la suite...

jeudi 9 avril 2020

Dans l’éducation nationale comme partout, la crise sanitaire met en évidence la faillite structurelle de l’Etat et du Capitalisme

Depuis le déclenchement du confinement, nous, travailleuses et travailleurs de l’éducation, devons assurer notre mission dans un contexte professionnel nouveau auquel nous n’étions pas préparés. Nous nous sommes organisés, malgré les injonctions contradictoires de nos chefs et leur totale incapacité à anticiper et à garantir notre sécurité. Nous travaillons à élaborer et définir nos missions malgré des consignes pédagogiques qui tombent parfois - comme dans l’académie de Créteil -
3 semaines après le début du confinement, la veille des vacances. Certains de nos collègues sont tombés malades en assurant leur indispensable mission car ils ne disposaient pas des protections nécessaires à la préservation de leur intégrité physique.

Nous nous acquittons toutefois de ces tâches malgré notre hiérarchie qui volontairement ignore les difficultés sociales auxquelles sont confrontés nos élèves :

-       Confinement dans des lieux exigus et parfois insalubres ;

-       Situations catastrophiques (isolement, insalubrité, faim) des jeunes dépendant des services sociaux eux même exsangues depuis des années ;

-       Absence fréquente de matériel informatique et de connexion internet permettant le maintien d’une vie sociale à distance et le maintien d’un lien pédagogique.

Nous exigeons donc que soient immédiatement prises les mesures suivantes :


-       Protection des personnels en exercice dans les établissements scolaires ;

-       Hausse des budgets des services sociaux afin de permettre un bon encadrement humain des jeunes, ainsi que l’amélioration de leur confort intellectuel et matériel (achat de nourriture de qualité, de livres, de jeux) ;

-       Régularisation immédiate et sans condition de tous les sans-papiers ;

-       Réquisition immédiate de matériel informatique neuf et de clés 4G afin de pouvoir équiper gratuitement toute la population, garantir à tous les élèves leur droit inaliénable à l’éducation, et permettre à tous de maintenir un lien social ;

-       Gratuite immédiate et totale d'internet pour toute personne résident en France. Internet doit être considéré comme un bien commun et un service public et devrait être d'accès libre et gratuite sans condition de ressource ni d'identification. 

Il va de soi que ces mesures constituant un minimum vital devront être prolongées après la crise sanitaire que nous traversons.

Des travailleurs de l’éducation nationale

Télécharger en PDF :  CNT-AIT-EDUCATION 2020-04-09

CNT-AIT – Anarchosyndicalisme !

contact [at] cnt-ait.info   http://cnt-ait.info

http://cntaittoulouse.lautre.net

 

FB : @chats.noirs.turbulents

 @cnt.ait.toulouse
suivantes: - Protection des personnels en exercice dans les établissements scolaires ; - Hausse des budgets des services sociaux afin de permettre un bon encadrement humain des jeunes, ainsi que l’amélioration de leur confort intellectuel et matériel (achat de nourriture de qualité, de livres, de jeux) ; - Régularisation immédiate et sans condition de tous les sans-papiers ; - Réquisition immédiate de matériel informatique neuf et de clés 4G afin de pouvoir équiper gratuitement toute la population, garantir à tous les élèves leur droit inaliénable à l’éducation, et permettre à tous de maintenir un lien social ; - Gratuite immédiate et totale d'internet pour toute personne résident en France. Internet doit être considéré comme un bien commun et un service public et devrait être d'accès libre et gratuite sans condition de ressource ni d'identification. Il va de soi que ces mesures constituant un minimum vital devront être prolongées après la crise sanitaire que nous traversons.

mardi 7 avril 2020

#CORONAVIRUS [FICHE Numéro 6] LES SOIGNANTS NE SONT PAS DES SOLDATS

Fiche numéro 6 des travailleurs de la santé CNT-AIT :

- MEME (SURTOUT) EN CAS DE CRISE, L’ACTION DIRECTE PAYE !

 - LES SOIGNANTS NE SONT PAS DES SOLDATS

- MEME (SURTOUT) EN CAS DE CRISE, L’ACTION DIRECTE PAYE !

- DROIT AU DEPISTAGE POUR TOUS LE PERSONNEL HOSPITALIER QUI LE DESIRE (Lettre ouverte de personnels soignant-e-s de l’hôpital Cochin à la direction)

- DES MASQUES ET TESTS POUR TOUTES ET TOUS ! SOLIDARITE CONTRE LA REPRESSION !

===================================

MEME (SURTOUT) EN CAS DE CRISE, L’ACTION DIRECTE PAYE !

Martin Hirsch, l'actuel DIRECTEUR Général de l 'AP HP, a déclaré sur les radios : Je vois trop de gens dans les rues de Paris courir (autrement dit, faire du sport dans les rues de Paris) et flâner.

Bref, il n'y a pas de mot pour qualifier cet individu abject tout comme Macron et sa vielle qui continuaient à voir trop de monde dans les parcs où ils se baladaient eux même juste avant le confinement total.

Seulement Hirsch... Il oublie de dire qu'il voulait payer à 1,40 de l’heure les élèves infirmiers en 3ème année... Heureusement que ces élèves n'ont pas attendu les syndicats pour se battre ... Ils ont organisé une pétition... Pour obtenir la juste valeur de leur travail, car dans les unités covid ils sont doublement exploités.... Utilisés comme des aides-soignants et infirmiers, enfin ils ont obtenu 1400 euros par mois...


Lire la suite...

dimanche 29 mars 2020

TRAVAILLEUR DE L'AERONAUTIQUE : PRODUIRE OUI MAIS POUR QUI ? POUR QUOI ?

TRAVAILLEUR DE L'AERONAUTIQUE : PRODUIRE OUI MAIS POUR QUI ? POUR QUOI ?

[télécharger le tract : AERONAUTIQUE 2020-03-29   ]
La pandémie continue ses ravages. Tous sont touchés, vieux, jeunes, caissières, médecins, Même des députés actuels ou des anciens ministres… Le Président de la République a été très clair : nous sommes en guerre, et pour gagner cette guerre vous devez rester chez vous. Nous payerons intégralement ceux qui se mettront à l’abri.
Oui mais voilà, encore une fois, la parole politique c’est du pipeau. On nous dit que gouverner c’est prévoir : ils ont été infoutus de faire les stocks de masques, de tests, de médicaments qui auraient permis d’endiguer la propagation de la maladie. Macron quand il  a promis que tous les travailleurs seraient payés quel que soit le coût n’avait pas non plus prévu les conséquences.
Résultat, maintenant qu’ils ont fait leurs calculs, ils ne veulent plus assumer le coût de leur improvisation, et c’est à nous qu’ils demandent d’assumer les risques de leur nullité en payant avec notre santé et peut être notre vie en retournant au boulot.
Les salariés de l’aéronautique « occitane »  nous avons donc reçu des mails de nos chers DRH qui nous supplient de retourner au travail pour sauver la boite. Leur argument principal ? Extrait du mail reçu : « même si l’Etat communique sur le chômage partiel c’est l’entreprise qui  avance les salaires et nous ne sommes pas certains d’être remboursés par l’Etat ». Autrement dit, parce que les patrons ne font pas confiance dans l’Etat pour assurer ses promesses, c’est à nous qu’on demande d’éviter le trou dans la trésorerie que créerait le chômage partiel et de prendre tous les risques !
Pour essayer de nous rassurer, les patrons se font mielleux. Ils nous décrivent toutes les bonnes mesures qu’ils ont mises en place pour nous : désinfectant, gel hydro alcoolique, tournée quotidienne de désinfection des sanitaires, groupes de travail en nombre réduit, protocole pour le respect des distances de sécurité, port du masque si nécessaire … Que de sollicitudes pour nous faire retourner au boulot. Par contre pas un mot sur l’installation de laves mains à commande non manuelle, qui seuls empêcheraient de transformer les robinets en source de re-contamination des mains …
Pour appuyer leur demande, les patrons nous joignent un courrier signé de trois ministres, Lemaire, Pénicaud et Véran qui pleurent « il est crucial que les usines de production puissent continuer de travailler sur le territoire français ». Un courrier de ces mêmes ministres d’un Etat dont le patron lui-même nous dit qu’il n’est pas sûr qu’ils respectent leurs promesses …

#ETAT ASSASSIN #SYNDICATS COLLABOS

Comme les DRH ne sont pas complètement cons et savent que nous n’avons qu’une confiance modérée dans la parole de l’Etat et ses représentants, pour finir de nous rassurer ils nous joignent un courrier signé des syndicats (CFE-CGC, CFDT et FO métaux) et nous confirment qu’un « CSE extraordinaire a donné un avis favorable à la reprise dans les conditions que nous avons défini. » Autrement dit les Syndicats se sont mis d’accord avec les patrons sur la façon dont nous allons être exploités. Quand on vous dit que les syndicats sont là pour discuter de la longueur de la chaine ou de l’épaisseur du masque, cela se vérifie une fois de plus !
Soyons clairs : ce n’est pas que nous soyons contre le fait de créer ou de produire, ni que le risque nous fasse peur. Mais quitte à mettre notre santé et celle de nos familles en danger, nous voulons que ce soit UTILE, pour toutes et pour tous. Dans la situation actuelle de pandémie et d’arrêt de l’économie mondiale, quel est le sens et l’utilité de travailler « comme avant » ? Nous voulons bien aller au travail malgré le risque, mais pour produire du matériel médical, des respirateurs, des lits d’hôpitaux, des masques, du gel, bref des choses réellement nécessaires et socialement utiles. AIRBUS et ses sous-traitants vont-ils continuer à fabriquer et monter du matériel militaire ?
C’est nous, les travailleurs, qui produisons toutes les richesses. C’est nous qui avons collectivement le pouvoir d’arrêter cette folie en premier lieu en refusant de travailler par le retrait ou la grève générale, et ensuite en reprenant en main les outils des productions et en les faisant fonctionner pour l’intérêt collectif.

NOS VIES VALENT PLUS QUE LEUR PROFITS !

Des travailleurs de l’aéronautique de la CNT-AIT

contact [at] cntaittoulouse.lautre.net
http://cntaittoulouse.lautre.net

#CORONAVIRUS [FICHE Numéro 5] CHAOS DANS LES HOPITAUX ... CONTRE L'ABSENCE DE SENS, PARTAGEONS LES EXPERIENCES !

Le chaos dans la gestion sanitaire de la crise n’est pas le résultat de l’Anarchie,mais celui de l’action combinée de l’Etat et du Capitalisme.

« L’Anarchie est la plus haute expression de l’Ordre.  » (E RECLUS)
Finissons-en avec l’Etat et le Capitalisme !

La situation dans les hôpitaux est critique : nombre de lits insuffisants, pénurie de matériel pourtant basique tels que les masques, et surtout désorganisation totale. On envoie au front les agents de l’hôpital sans matériel et aussi sans aucune formation sérieuse pour traiter une maladie épidémique.

Résultat la diffusion nosocomiale s’intensifie et les personnels de santé sont touchés à leur tour.
Cette situation cauchemardesque ce n’est pas de l’anarchie. L’Anarchie c’est – pour reprendre les termes du grand savant Elysée RECLUS – la plus haute expression de l’Ordre : un système où chacun sait ce qu’il a à faire et où il le fait en pleine conscience et en pleine connaissance de sa responsabilité et de ses capacités. Un système où l’intérêt général n’est pas sacrifié aux intérêts particuliers égoïstes de quelques profiteurs. Un système où l’autorité n’est pas fondée sur la hiérarchie stupide, mais sur les compétences et uniquement dans le domaine concerné. C’est tout l’inverse de la situation actuelle, qui est le résultat de l’incompétence Etatique couplé à la cupidité Capitaliste.

Si nous voulons nous en sortir, nous n’avons pas d’autre choix que de nous débarrasser du chaos étatique et capitaliste pour qu’enfin vienne l’Anarchie !

Des travailleurs de la santé CNT-AIT

Il nous semble intéressant, à titre d’exemple, de diffuser le message ci-dessous de nos compagnons de la CNT-AIT de Madrid, qui décrivent une situation similaire à celle que nous vivons en France et qui proposent des pistes d’organisation pour faire face.

Lire la suite...

samedi 28 mars 2020

#CORONAVIRUS / INDE : DECLARATION ET REVENDICATIONS DES AMIS DE L'AIT -MEM

MUKTIVADI EKTA MORCHA - Bhopal (Amis de l'AIT)

Déclaration et demandes concernant l'impact de la pandémie de Covid-19

Le coronavirus et l'effet du verrouillage / confinement mis en œuvre sans une planification appropriée et adéquate s'avèrent fatals pour la classe ouvrière.

Rien qu'à Delhi, plus de cent mille travailleurs doivent rester chez eux sans salaire en raison du verrouillage. En plus de cela, en raison de la fermeture des moyens de transport en commun tels que les trains et les bus inter-États, de nombreux travailleurs doivent retourner dans leurs villages à pied en marchant sur des centaines de kilomètres! Cette crise est tout aussi grave au Madhya Pradesh (province dont la capitale est Bhopal).

Les agents de santé sont au premier plan de cette crise. En raison de la négligence de l'appareil gouvernemental, ils ne disposent même pas d'équipement de protection adéquat.

En dehors de cela, les travailleurs fournissant toutes sortes de services essentiels à la population sont également confrontés à un danger constant.

Le Muktivadi Ekta Morcha (MEM, Font Libertaire de solidarité, amis de l’AIT en Inde) et les travailleurs demandent au gouvernement central de New delhi et à celui du Madhya Pradesh une protection et des soins spéciaux pour ces travailleurs précaires et courageux.

Nos revendications :

1.    Les entreprises et le gouvernement devraient veiller à ce que les travailleurs du secteur informel, qu’importe si leur entreprise leur accorde ou non le statut de «travailleur», reçoivent une compensation mensuelle de 7 000 roupies [84 euros soit 2,8 euros par jours]

2.    Des équipements de sécurité de haute qualité - masque, gants, etc. - doivent être fournis à tout le personnel de livraison, au personnel de nettoyage et aux travailleurs employés dans tous les services essentiels.

3.    Au cours de cette épidémie - et même après - les travailleurs comme les travailleurs du nettoyage et ceux de la livraison doivent obtenir le statut de travailleur régulier (sous contrat) et leurs salaires doivent être augmentés ; les tarifs  de courses et des services doivent leur permettre de ne pas avoir à travailler pendant 12 heures pour subvenir à leurs besoins.

4.    Une allocation mensuelle minimale devrait également être accordée aux travailleurs en situation irrégulière ou au chômage.

5.     Des rations alimentaires, du carburant, des médicaments et des soins devraient être fournies immédiatement et gratuitement à toutes les familles des travailleurs et à leurs personnes à charge.

Télécharger le PDF : MEM 2020-03-27

कोरोनावायरस और बगैर समुचित व पर्याप्त व्यवस्था के लागू किए गए लॉकडाउन का असर मजदूर वर्ग पर घातक साबित हो रहा है। सिर्फ दिल्ली में ही एक लाख मजदूरों को काम बंद होने के कारण घर पर बिना पगार बैठना पड़ रहा है। यही नहीं, रेल व अंतर्राज्यीय बस जैसे सार्वजनिक यातायात के साधनों के बन्द किए जाने की वजह से बहुत सारे मजदूरों को सैकड़ों किलोमीटर पैदल अपने गाँव वापस लौटना पड़ रहा है! यह संकट मध्य प्रदेश में भी उतना ही गंभीर है।

स्वास्थ्य कर्मचारी इस संकट में सबसे अगली लाइन में खड़े हैं। सरकारी तन्त्र की लापरवाही के कारण उनके पास पर्याप्त सुरक्षा साधन भी नहीं हैं। इसके अलावा, तमाम तरह की ज़रूरी सेवाएँ लोगों तक पहुँचाने वाले मज़दूर भी लगातार खतरे का सामना कर रहे हैं।

मुक्तिवादी एकता मोर्चा उनके साथ मिलकर केंद्र व मध्य प्रदेश सरकार से इन असुरक्षित और बहादुर मजदूरों के लिए विशेष सुरक्षा और देखभाल की मांग करता है।

हमारी माँगें:

1. कंपनियां और सरकार यह सुनिश्चित करे कि अनौपचारिक क्षेत्र के मजदूरों को, चाहे उनकी कंपनी उन्हें ‘मजदूर’ का दर्जा देते हों या नहीं, मासिक 7000 रुपए का कामबंदी मुआवजा मिले।

2. उच्च गुणवत्ता वाले सुरक्षा गियर - मुखौटा, दस्ताने आदि - सभी डिलीवरी कर्मियों, सफाई कर्मियों और सभी आवश्यक सेवाओं में कार्यरत मजदूरों को मुहैया कराया जाए।

3. इस महामारी के दौरान - और आगे भी - सफाई और डिलीवरी कर्मियों जैसे मजदूरों को नियमित मजदूर का दर्जा मिले और उनकी पगार, डिलेवरी रेट्स और बूस्ट रेट्स बढ़ाएं जाएँ ताकि उन्हें अपने घर को चलाने के लिए 12 घंटे काम ना करना पड़े।

4. अनियमित रोज़गार वाले या बेरोज़गार मज़दूरों को भी न्यूनतम मासिक भत्ता दिया जाए।

5. सभी मज़दूरों के परिवारों और उन पर आश्रित व्यक्तियों को मुफ्त राशन, ईंधन, दवाएँ व देखरेख तत्काल मुहैया कराया जाए।

vendredi 27 mars 2020

LES PATRONS SONT ILS INDISPENSABLES ?

jeudi 26 mars 2020

COVID 19 – SOLIDARITE AVEC LES OUVRIERES DU BANGLADESH

La pandémie de Covid19 est mondiale et elle va frapper indistinctement tous les pays.

Les pays occidentaux tels que la France ou l’Italie sont déjà fortement impactés, dut fait de l’insuffisance des infrastructures médicales ou du nombre insuffisant de matériels de protections tels que les masques.

Dans les pays dit pauvres, la situation est encore pire. C’est parfois le minimum basique qui est absent, à commencer par le savon, alors qu’on sait que le premier geste barrière c’est de se laver les mains régulièrement.

Les compagnons de la section au Bangladesh de l’AIT, BASF-AIT, lancent avec les compagnons australien une campagne de collecte de fonds pour acheter puis distribuer du savon aux travailleuses des plantations de thé de Shyllet. Elles sont parmi les plus pauvres et les plus exploitées du Bangladesh, survivant souvent avec moins de 2 euros par jour pour elles et leurs familles.

Les dons peuvent être faits  en ligne à l’adresse suivante :
https://www.gofundme.com/f/solidarite-bangladesh-basf

Pour en savoir plus sur le BASF-AIT, vous pouvez lire cet interview : BASF (BANGLADESH ANARCHOSYNDICALIST FEDERATION) : COMMENT NOUS SOMMES VENUS A L'ANARCHOSYNDICALISME

http://blog.cnt-ait.info/post/2020/01/19/BASF

Télécharger le PDF : BASF-COVID 19-fr

mardi 24 mars 2020

EN FRANCE ON N'A PLUS D'USINE DE MASQUES ...

En France, on n'a plus d'usine de masques,
Mais on a des usines de chars, de missiles, de sous-marins, de gaz lacrymo et de LBD ...
Reconversion des usines d'armement en usines de produits utiles à TOUS : matériel médical, masques, tests ...
MAINTENANT !
CNT-AIT  Anarchosyndicalisme !   contact@cnt-ait.info

lundi 23 mars 2020

DANS LE BTP COMME PARTOUT : PAS QUESTION DE RISQUER NOS VIES POUR LEURS PROFITS !

Sommaire :
- PATRONS DU BTP ENCORE UN EFFORT POUR ETRE REVOLUTIONNAIRES : 100% DU SALAIRE EN CHÔMAGE PARTIEL !
- REFUSEZ DE SIGNER DES DECHARGES DE RESPONSABILITES ILLEGALES !
- LE PATRON N’A PAS LES MAINS PROPRES ? RETRAIT IMMEDIAT !
Télécharger le PDF : CORONAVIRUS BTP 2020-03-23

Nous avons à faire à un gouvernement de CRIMINELS et d'ASSASSINS ! Ils ont fermés des MILLIERS de lit d'hôpital pour des raisons budgétaires. Pour les mêmes raisons budgétaires, ils REFUSENT de payer le chômage partiel aux ouvriers du bâtiment en période d'épidémie. Et ILS OSENT QUALIFIER LES OUVRIERS DU BTP DE PROFITEURS QUI VOUDRAIENT SE TOURNER LES POUCES EN TOUCHANT LE CHOMAGE PARTIEL ! Vous qui nous gouvernez, y a plus de mots pour vous qualifier à ce niveau-là !

Il y a quelques semaines Badinter disait qu'il l ne fallait pas trimbaler la tête d'une poupée à l'effigie de Macron au bout d'une pique, que ce n’était pas gentil... Macron et son équipe de criminels font tout pour qu'on passe de la représentation symbolique à la réalité ...

#ETAT_ASSASSIN #NIOUBLI_NIPARDON
Des travailleurs de la CNT-AIT





Lire la suite...

#CORONAVIRUS : PARTAGES D’EXPERIENCES POPULAIRES CONTRE LE CORONAVIRUS ET CONTRE LA POLITIQUE CRIMINELLE DES GOUVERNEMENTS

FICHE Numéro 4 (2020-03-22)

« Il n’est pas de sauveur suprême, producteurs sauvons nous nous-même » (L’Internationale)

SOMMAIRE :

- EN COREE, LA POPULATION S’ORGANISE SANS AVOIR BESOIN AU RECOURS DE L’ETAT NI DE LA POLICE POUR FAIRE RESPECTER LES MESURES DE SANTE PUBLIQUE :

- CONSEILS DE HONG KONG: REFLEXIONS SUR LE VIRUS DE WUHAN ET PARTAGE D'EXPERIENCE ANTI-EPIDEMIQUE AVEC DES AMIS D'AUTRES REGIONS

- BULGARIE : ENTRE-AIDE, AUTO ORGANISATION, AUDACE !

- PALESTINE : LES VILLAGEOIS DE BIL'IN ORGANISENT DES MESURES POUR PREVENIR L'INFECTION PAR LE CORONOVIRUS

- LES CHAUFFEURS DE TAXI DE BARCELONE S'ORGANISENT POUR TRANSPORTER GRATUITEMENT LES PROFESSIONNELS DE SANTE  VERS LES CENTRES HOSPITALIERS

- MONTRÉAL : GRÈVE DES LOYERS À PARTIR DU 1er AVRIL 2020

- LES CHAUFFEURS DE BUS DE DETROIT SE SONT MIS EN GREVE POUR GAGNER DES PROTECTIONS CONTRE LE CORONAVIRUS … ET ONT GAGNE

Télécharger la fiche PDF : CORONAVIRUS_FICHE_4

Lire la suite...

- page 1 de 2