De nouveau le peuple en Algérie reprend le flambeau de la lutte contre le despotisme et pour la liberté. Certains des mots d'ordre ("le peuple refuse l'ingérence de tout parti politique dans son projet") et des modes d'actions (assemblées de discussions ouvertes dans la rue, refus des symboles de partis politiques) témoignent d'un esprit que l'on peut qualifier de libertaire au moins en partie.