Actualité de l'Anarchosyndicalisme

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 21 mars 2019

ENTRE VIOLENCE ET NON VIOLENCE

Par définition une société anarchiste ne peut reposer sur la violence. Or, pour parvenir à une telle société, il y a un préalable (abolir le pouvoir) et une grande question : comment se fera l’abolition de ce pouvoir ? Avec ou sans violence ? Avec violence ? Mais, dans ce cas, l’utilisation de la violence révolutionnaire, une fois le pouvoir détruit, aura-t-elle pour conséquence de rendre impossible l’édification d’une société sans rapports de domination ? C’est là une des questions auxquelles les militants anarchistes doivent s’efforcer de répondre. Cet article est une contribution à cet indispensable débat.

Lire la suite...

mercredi 20 mars 2019

Confusion «antisioniste» et opportunisme d’extrême gauche

(Publié dans "Anarchosyndicalisme" n°140, été 2014)

Habituellement, en dehors de son courrier deslecteurs, Anarchosyndicalisme! publie des articles rédigés par des militants de la CNT-AIT. Pour aborder le thème de l’antisémitisme, nous avons choisi d’une part de nous entretenir avec Yves Coleman, militant internationaliste indépendant qui connait particulièrement bien cette question. Il est évident que si nous prenons la responsabilité de publier ce texte, c’est que, sur le fond de la question (antisionisme / antisémitisme) nous partageons le point de vue de l'auteur, même si nous ne faisons pas nôtre l’ensemble de ses positions qu’il développe par ailleurs (par exemple, ce qui concerne la notion de peuple ou d’autodétermination).

La rédaction

Lire la suite...

mardi 19 mars 2019

La Commune de Paris vue par les Anarchistes

18 mars 1871, début de la commune de Paris.

 En attendant que ne revienne le temps des cerises, nous vous proposons de télécharger la brochure sur "La Commune de Paris vue par les anarchistes (1878 - 1930)"

  Bonne lecture et à bientôt sur les barricades !

Lire la suite...

dimanche 17 mars 2019

ALGERIE : PERSISTANCE ET PRESENCE LIBERTAIRE

De nouveau le peuple en Algérie reprend le flambeau de la lutte contre le despotisme et pour la liberté. Des échos qui nous parviennent, notamment par le net, on devine au moins partiellement des mots d'ordre ("le peuple refuse l'ingérence de tout parti politique dans son projet") et des modes d'actions (assemblées de discussions ouvertes dans la rue, refus des signes de partis politiques) que l'on peut qualifier de libertaires.

Lire la suite...

samedi 16 mars 2019

ALGERIE : CARNET DE ROUTE (Décembre 2003)

Trois interviews empruntés à la revue autonome MACACHE («Macache : expression de la négation, rien. Rien, parce que, de cette société de classe, il n'y a rien à vouloir, de sa démocratie rien à attendre. Rien, parce que, face au capital, il n'y a rien à négocier, face à l'État rien à revendiquer. Rien, rien que la guerre sociale !».)

 

1.LE MOUVEMENT A BRISE LA PEUR (entretien Salem, fin décembre 2003

 2.ENTRETIEN AVEC LE CLA (Conseil des Lycées d’Alger), décembre 2003

 3.CHÔMEURS : ON EST ASSIS SUR UN BARIL DE POUDRE !, décembre 2003

 

Lire la suite...

ULAC SMAH ULAC - PAS DE PARDON : L’INSURRECTION EN ALGERIE EST AUSSI LA NOTRE

L’insurrection Algérienne...

Ce manifeste est redige par les "Amis Italien des Aarch" le mois de decembre 2002 a Roveretto, une ville au nord d’italie, et qui est diffuse dans plusieurs villes italiennes. Il sert de base pour une large campagne d’informations qui a porte ses initiateurs a une serie de rencontre dans plusieurs villes Italiennes (Roveretto en decembre 2002, Milano en Janvier 2003 et Venezia em mars 2003). Dans le meme cadre, les amis des Aarch italiens organisent une nouvelle rencontre le 14/06/2003 a la ville de Bologne.

Lire la suite...

Algérie : la Kabylie est paralysée par une grève générale (2003)

(Article mis en ligne originellement le lundi 28 avril 2003)

ALGER - En Algérie, la Kabylie est paralysée par une grève générale.

Des manifestations sont prévues pour le 23ème anniversaire du « Printemps berbère » dans les trois principales villes de la région, Tizi Ouzou, Béjaïa et Bouira.

Les âarchs, fer de lance de la contestation en Kabylie, ont appelé à la grève générale et à des manifestations dans cette région pour commémorer le « Printemps berbère » et demander la libération des détenus du mouvement incarcérés depuis plusieurs mois.

Lire la suite...

Entretien sur la situation en Algérie - 1/2 (2002)

Paru dans Combat syndicaliste de la CNT-AIT publié à Toulouse, no 183 Septembre 2002, précédé du chapeau suivant : «Combat syndicaliste a déjà reproduit dans son numéro 182 le tract "Le grand camouflage", diffusé par “Quelques amis français des aarchs”. L’un d’eux, Robert Vasseur, s’est prêté à l’entretien que nous publions maintenant.»

Lire la suite...

Entretien sur la situation en Algérie - 2/2 (2002)

Seconde partie de l'interview de Robert Vasseur paru dans dans le Combat syndicaliste CNT AIT publié à Toulouse, no 183, précédé du chapeau suivant : «Combat syndicaliste a déjà reproduit dans son numéro 182 le tract "le grand camuflage", diffusé par “Quelques amis français des aarchs”. L’un d’eux, Robert Vasseur, s’est prêté à l’entretien que nous publions maintenant.»

Lire la suite...

Le grand camouflage

(Relayé dans le Combat Syndicaliste de la CNT-AIT à Toulouse , en 2002)

Alors qu’en Kabylie la répression frappe le mouvement révolutionnaire des aarchs (assemblées et comités de villages et de quartiers), le silence fait en France sur ce mouvement, depuis des mois, n’est rompu que par quelques rares informations, presque toujours assorties de mensonges et de calomnies.

Lire la suite...

APOLOGIE POUR L’INSURRECTION ALGERIENNE

«  Il me semblerait plus satisfaisant, pour ma part, puisqu’il s’agit d’hommes qui se sont illustrés par des actes, qu’on ne les honorât qu’avec des actes [...]. Il est difficile en effet de trouver pour les célébrer les mots justes, quand la réalité des faits n’est pas toujours admise sans peine. L’auditeur bien informé et favorablement prévenu risque, étant donné ce qu’il attend et ce qu’il sait, d’être déçu par ce qu’il entend. Et celui qui n’est pas au courant pourrait bien par jalousie, soupçonner quelque exagération, là où on lui parIe d’actions qui dépassent ses possibilités. L’éloge des actions d’autrui n’est supportable que dans la mesure où l’on se croit soi-même capable de faire ce qu’on entend louer. Une action dépasse-t-elle nos forces, des lors l’envie engendre le scepticisme.  »

Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse.

Lire la suite...

Léandre VALERO, anarchiste sans frontière

(d'après différentes sources bibliographiques et des souvenirs d'un militant de la CNT-AIT Auxerre)

Léandre VALERO est né en Algérie, à Oran le 12 octobre 1923 dans une famille d'origine espagnole. Son père, militant actif de la CNT-AIT, avait dû fuir l'Espagne du fait de ses activités militantes. Il devait à ses origines multiples d’être à fois hispanophone, arabophone et francophone.

Léandre a toujours eu le goût de l'action et de l'aventure. Très sportif, il était toujours soucieux de sa forme physique. Dans sa jeunesse, pas trop porté sur les études, sa carrure et son intelligence rusée l'ont amené à exercer différentes activités dont celles de rat d'hôtel dans les palaces, où il s'amusait à détrousser les riches bourgeoises de passage tel Alexandre JACOB le fameux monte-en-l'air anarchiste qui inspira le personnage d'Arsène Lupin.

Lire la suite...

ALERTE (Tract du MLNA suite à la "Toussaint rouge", Novembre 1954)

Le Mouvement Libertaire Nord Africain estime que le véritable responsable des évènements actuels, en liaison avec ceux du Maroc et de Tunisie est le régime colonialiste, basé sur l’expropriation des terres, la surexploitation, le chômage, la répression et l’opposition au droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, et à leurs aspirations révolutionnaires.

Le M.L.N.A. signale que l’accusation contre la propagande étrangère n’est qu’une diversion afin de détourner l’attention internationale des véritables responsabilités du régime colonialiste.

Lire la suite...

Voyage en Algerie (2003)

(Article paru initiallement dans le journal de la CNT-AIT de Toulouse en septembre 2003)

Après une longue absence, nous décidons, une amie et moi, d’aller faire un petit tour de l’autre côté de la Méditerranée. Nous arrivons donc par une belle journée d’hiver à l’aéroport d’Oran. Des amis nous attendent et nous embarquent faire un tour au centre ville et le long de la corniche.

Tard dans la nuit, on se retrouve dans une boite de nuit où les groupes de musique de raï battent leur plein. Moi qui avais pris bien soin de choisir mes vêtements pour là-bas, je n’en revenais pas de voir toutes ces filles en petites jupes (elles arrivaient avec de longs manteaux), ces garçons qui affichaient leur homosexualité et ces flots d’alcools qui coulaient ! Détail révélateur d’une société complètement schizophrène et hypocrite, où la vie n’est pas la même pour tous et où les gens ne sont pas tous des intégristes ou des mekla corrompus.

Lire la suite...

ALGERIE , UNE POPULATION MARTYRISEE : LES DESSOUS DES CARTES (été 2001)

(Article paru dans le journal de la CNt-AIT Toulouse en 2001)

Voilà presque dix ans maintenant que l’Algérie est en guerre. Le nombre de morts donné par les institutions officielles est de 150.000 et plus de 20 000 disparitions. Un décompte macabre pour l’an 2000 montre à qui l’on s’en prend dans ce terrible conflit : parmi les 9006 victimes de cette année recensées, on compte 1025 "terroristes", 603 militaires, et 117 membres des groupes d’autodéfense, tout le reste c’est-à-dire plus des trois quarts sont des civils, des villageois surtout !

Lire la suite...

LA RUMEUR DE LA CASBAH [1998]

(Article paru dans le journal de la CNT-AIT Toulouse, été 1998)

Algérie : En Algérie, dans cette sale guerre qui ne veut pas dire son nom, il y a des rumeurs qui courent. Et la rumeur, c’est aussi une stratégie de guerre. Mais toutes les rumeurs n’ont pas la même destinée.

Lire la suite...

L’AUTRE ALGERIE : CELLE DES LUTTES SOCIALES (Sept 1999)

L’Algérie est toujours en guerre (article publié en Septembre 1999). L’Armée, les Affairistes de la politique et les Integristes de tous poils continuent de prendre la population en otage, de pratiquer le meurtre et la terreur. Dans ce climat de peur et d’oppression, des syndicalistes se battent pour défendre encore un espace de liberté et des conditions de vie décentes. L’un a écrit à la CNT-AIT de Toulouse, pour parler des luttes dans le domaine de l’éducation. Bien que nous ne partagions pas toutes ses analyses sur le rôle du syndicalisme et ses modes d’action, nous publions sa lettre car elle parle d’une Algérie inconnue des grands médias et de luttes gardées sous silence...

Lire la suite...

ULAC SMAH ULAC – WE WILL HAVE NO MERCY : THE ALGERIAN UPRISING IS ALSO OURS

Insurgent Algerians,

The struggle that you have been carrying forward against all society’s rulers since April 2001 is an example for us and for all the exploited. Your uninterrupted rebellion has shown that the terrorism of the state and the integralist groups, allied for a decade in the slaughter of the poor to the benefit of the rich, has not lessened your ferocity. You have understood that faced with the infectious disease of military dictatorship and the plague of Islamic fundamentalism, the only choice is open revolt. In the union of two capitalisms, the liberal one that privatizes and fires people in mass and the socialist-bureaucratic one that tortures and kills, you have responded with the unity of a generalized struggle.

Lire la suite...

APOLOGY FOR THE ALGERIAN INSURRECTION

Quevedo said about Spanish people : « they haven’t been able to be historians but they deserved to be ». This is still right concerning the 1936 Spanish revolution : others have written the history of the events. It’s too early to write the history of the insurrection that started in Algeria during spring 2001, but it’s not too late to defend it ; in other words to fight the deep indifference, puffed up with historic recklessness, as we see it in France.

Lire la suite...

Fernand DOUKHAN : arabe, juif, anarchosyndicaliste et anticolonialiste !

Fernand Doukhan est né, avenue Durando, dans le quartier algérois de Bab-el-Oued, au sein d’une famille pauvre, d’origine berbère et juive. Son nom provenait sans doute du mot arabe, Dukhân, qui signifie tabac. Son père travaillait comme peintre en bâtiment. Ses deux grands pères étaient de simples journaliers.

Comme beaucoup d’enfants des milieux modestes, qui enregistraient de bons résultats scolaires, il fut orienté vers des études d’instituteur. Parce qu’il avait obtenu plus de 120 points au brevet d’études, il fut admis au concours de l’École normale de la Bouzaréah, sur les hauteurs d’Alger, en 1930. Il y croisa notamment l’écrivain Mouloud Feraoun, fils d’un fellah très pauvre, qui devait être assassiné par l’OAS en mars 1962. C’est aussi sur les bancs de l’École normale qu’il s’imprégna des valeurs de la laïcité et a acquis la conviction de la profonde injustice de la société coloniale.

Lire la suite...

- page 1 de 3